La ruse de la substance

Questions et débats touchant à la conception spinozienne des premiers principes de l'existence. De l'être en tant qu'être à la philosophie de la nature.
Règles du forum
Cette partie du forum traite d''ontologie c'est-à-dire des questions fondamentales sur la nature de l'être ou tout ce qui existe. Si votre question ou remarque porte sur un autre sujet merci de poster dans le bon forum. Merci aussi de traiter une question à la fois et d'éviter les digressions.
Avatar du membre
Calvin
passe par là...
passe par là...
Messages : 7
Enregistré le : 21 déc. 2004, 00:00

La ruse de la substance

Messagepar Calvin » 22 déc. 2004, 12:57

Creusant mon vieux cerveau pour ramener des souvenirs brumeux de philosophie version prof brabu de terminale et lisant aujourd'hui spinoza, il me revient cette notion chez descartes de ruse de la raison ou de mauvais génie trompant le philosophe. Il le combat et s'appuie sur le cogito bien connu pour asseoir la raison raisonnante. Spinoza ne semble pas ( mais j'ai pas tout lu loin de là ) attacher d'importance à cette ruse de la raison. mais, et c'est ma question, si la substance infini dans son "omniscience" infini trompait l'homme en permanence dans sa quete de la vérité ? La raison de spinoza et donc la notre peut elle trompée par ce mauvais génie en nous faisant croire à son existence puisque par definition elle est la totalité qui est et qui donc pense. Au fait, bravo à tous pour ce site à la fois de niveau élévé et qui se prend pas trop au sérieux non plus rempli d'un Esprit libre et de raison .

Avatar du membre
Henrique
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 1146
Enregistré le : 06 juin 2002, 00:00
Localisation : France
Contact :

Messagepar Henrique » 22 déc. 2004, 15:27

D'abord merci pour les compliments, je suis heureux de voir que ce que je conçois comme étant l'esprit de ce site est bien perçu de la même façon par des visiteurs tels que toi.

Pour te répondre sans esprit de sérieux ;-), je dirais d'abord que l'expression "la ruse de la raison" est de Hegel et non de Descartes, il s'en sert notamment pour montrer que l'histoire, qui ne serait autre que l'accomplissement progressif de la raison (= unité du sujet et de l'objet, en gros), passe par certaines étapes apparamment irrationnelles comme les guerres ou les grandes passions qui en fait servent à accomplir la raison avec plus de profondeur. La passion de Napoléon pour le pouvoir aurait ainsi été une ruse de la raison pour permettre aux Européens d'envisager l'idée de leur unité derrière les principes universels de la Révolution française. Finalement, la ruse de la raison reviendrait à mon sens à la providence chrétienne, qui agence les événements pour qu'à la fin, tout aille pour le mieux. Un spinoziste tel que moi ne peut se reconnaître dans une telle vision de l'histoire : Dieu, étant infini, ne poursuit pas de fins.

Quant au malin génie de Descartes, c'est pour cet auteur un moyen méthodologique de ne pas perdre de vue que tout est douteux (il ne faut confondre le malin génie avec le Dieu trompeur de la Méditation Métaphysique I, qui est la raison de douter de la raison...). Chez Descartes, le cogito ne va permettre de suite d'asseoir la raison : seule l'intuition que je suis est indubitable.

Qu'en est-il de ce genre d'argument selon Spinoza ? Il y répond essentiellement dans le Traité de l'amendement de l'Intellect (ou de la réforme de l'entendement) à propos du rôle que nous pouvons accorder aux fictions dans la connaissance. Il dit essentiellement à mon sens qu'une fiction (telle que celle du malin génie) ne peut produire qu'une fiction de doute : penser qu'un malin génie me trompe lorsque je comprends que la somme des angles d'un triangle fait deux droits, ce n'est pas réellement douter, c'est feindre de douter tandis que la vérité s'éclaire d'elle-même et n'a pas besoin d'un critère extérieur pour être confirmée.

Pour répondre plus directement à ta question, je dirais que si la substance trompait l'homme alors cela signifierait qu'elle vise l'erreur de l'homme pour une raison quelconque. Or seul un être fini poursuit des fins, la substance absolument infinie ne poursuit aucune fin (cf. Appendice). Donc l'hypothèse est absurde.

Amicalement,
Henrique

Avatar du membre
YvesMichaud
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 257
Enregistré le : 03 avr. 2003, 00:00
Localisation : Québec
Contact :

Messagepar YvesMichaud » 23 déc. 2004, 00:35

Descartes aurait été bien embarrassé s'il avait connu la Matrice...


Retourner vers « L'ontologie spinoziste »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités