Spinoza prouve l'existence des licornes

Questions et débats touchant à la conception spinozienne des premiers principes de l'existence. De l'être en tant qu'être à la philosophie de la nature.
Règles du forum
Cette partie du forum traite d''ontologie c'est-à-dire des questions fondamentales sur la nature de l'être ou tout ce qui existe. Si votre question ou remarque porte sur un autre sujet merci de poster dans le bon forum. Merci aussi de traiter une question à la fois et d'éviter les digressions.
Avatar du membre
AUgustindercrois
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 259
Enregistré le : 06 avr. 2005, 00:00
Contact :

Messagepar AUgustindercrois » 15 juil. 2005, 10:38

Quelque chose me frappe dans la démonstration étrange d'Yves.

Yves part de l'effet pour aller à la cause, de l'attribut pour aller à l'être, raisonnement téléologique que rejetterait certainement Spinoza.

De la qualité (puissance), on ne peut déduire la réalité de l'être.

En tant que sujet, je suis plus ou moins puissant.

De ma variation de puissance, je ne puis déduire que je suis.

Avatar du membre
Miam
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 941
Enregistré le : 28 févr. 2004, 00:00

Messagepar Miam » 16 juil. 2005, 14:48

C'est cela que je voulais dire à ceci près que je distingue puissance (ou perfection) et la "valeur représentative". Chez Descartes, l'idée d'un ange est plus parfaite que l'idée d'un homme parce que l'ange est plus parfait que l'homme a priori. Chez Spinoza en revanche la puissance ou la perfection d'une idée ne se mesure pas à son contenu représentatif mais à l'objet lui-même, comme extérieur à la pensée, en tant qu'il correspond à un même degré de puissance (parallélisme). Aussi l'idée d'un ange sera très imparfaite si l'ange n'existe pas et n'a donc pas de puissance causale par lui-même. La perfection ne dépend plus de la valeur représentative d'une idée selon une hiérarchie empruntée à St Thomas, mais de la perfection technique de son objet, c'est à dire de sa puissance réelle et non pas seulement représentée.

Avatar du membre
YvesMichaud
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 257
Enregistré le : 03 avr. 2003, 00:00
Localisation : Québec
Contact :

Messagepar YvesMichaud » 17 juil. 2005, 18:21

Cher AUgustindercrois,

Je ne comprends pas pourquoi vous parlez de «raisonnement téléologique» ici. Quel drôle de sens donnez-vous à cette expression?

Pour moi un raisonnement téléologique serait, par exemple, de déduire des INTENTIONS d'après des faits. Ou de dire que le soleil est fait POUR réchauffer et éclairer. Quel est le rapport avec ma démonstration?

Je ne vois pas le problème à passer de l'attribut à l'être.

Enfin... Spinoza me paraît abscons.


Retourner vers « L'ontologie spinoziste »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité