Causa sui ?

Questions et débats touchant à la conception spinozienne des premiers principes de l'existence. De l'être en tant qu'être à la philosophie de la nature.
Règles du forum
Cette partie du forum traite d''ontologie c'est-à-dire des questions fondamentales sur la nature de l'être ou tout ce qui existe. Si votre question ou remarque porte sur un autre sujet merci de poster dans le bon forum. Merci aussi de traiter une question à la fois et d'éviter les digressions.
Avatar du membre
in_girum_imus
passe par là...
passe par là...
Messages : 2
Enregistré le : 06 août 2005, 00:00

Causa sui ?

Messagepar in_girum_imus » 03 sept. 2005, 22:52

Bonjour,

Y aurait-il quelqu'un d'assez sypathique pour expliquer en termes simples et par l'exemple ce que veut dire "être cause de soi" mais aussi et surtout "être en soi et pour soi" à un pauvre novice ?

Back to basics pour la rentrée et merci d'avance ! :D

Avatar du membre
sescho
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 1127
Enregistré le : 30 mai 2002, 00:00
Localisation : Région Centre
Contact :

Messagepar sescho » 04 sept. 2005, 10:06

La locution "cause de soi" peut surprendre, mais son sens est assez clair. Comme rien ne vient de rien, on peut en déduire que tout a une cause, et par conséquent qu'il y a une régression des causes à l'infini. Ceci - une infinité de cause -, en passant, peut être accepté abstraitement, mais est loin d'être pensable de façon claire et distincte. Spinoza dit : non ; il y a une alternative : ce qui arrête la régression, c'est la "chose" qui existe, mais sans cause - ou, autrement dit, par référence au rien ne vient de rien, qui est cause de soi - ; en toute conséquence, elle existe alors éternellement (et l'existence appartient alors nécessairement à son essence).

Spinoza, Ethique, traduit par E. Saisset, a écrit :E1D1 : J’entends par cause de soi ce dont l’essence enveloppe l’existence, ou ce dont la nature ne peut être conçue que comme existante.

En langage courant, à la question : "pourquoi la Nature existe ?" ou "qui a créé la Nature ?" (si vous me répondez "Dieu", je vous demande : qui a créé Dieu ?), la réponse la plus claire à l'esprit est : elle existe, c'est tout ; elle existe par elle-même.

La transition est trouvée vers "en soi", "par soi" et éventuellement "pour soi", qui ont la même racine. On le comprend mieux en les opposant à ce qui existe "en autre chose" : un humain existe dans la Nature mais il n'y a rien de plus "grand" dans lequel la Nature existe : la Nature existe en elle-même. De même l'Homme ne se conçoit que par la Nature, tandis que la Nature se conçoit par soi ("en soi" et "par soi" vient du parallèle "être" et "pensée", "être" et "être conçu" (dans la pensée)) Quant au "pour soi", moins fréquemment employé - pas sûr chez Spinoza -, j'avancerais que l'Homme a une fin mais la Nature dans son ensemble non : elle est "pour soi" simplement en tant qu'elle est, nécessairement.

Amicalement

Serge
Connais-toi toi-même.

Avatar du membre
in_girum_imus
passe par là...
passe par là...
Messages : 2
Enregistré le : 06 août 2005, 00:00

Messagepar in_girum_imus » 04 sept. 2005, 18:19

Merci mille fois pour vos lumineuses explications !!!

Fabrice :)


Retourner vers « L'ontologie spinoziste »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 2 invités