L'enchaînement des idées

Questions et débats touchant à la conception spinozienne des premiers principes de l'existence. De l'être en tant qu'être à la philosophie de la nature.
Règles du forum
Cette partie du forum traite d''ontologie c'est-à-dire des questions fondamentales sur la nature de l'être ou tout ce qui existe. Si votre question ou remarque porte sur un autre sujet merci de poster dans le bon forum. Merci aussi de traiter une question à la fois et d'éviter les digressions.
Avatar du membre
anordam
passe par là...
passe par là...
Messages : 5
Enregistré le : 30 mars 2007, 00:00

L'enchaînement des idées

Messagepar anordam » 17 mai 2007, 10:56

La démonstration de P (IX,2) a une architecture dont la cohérence ne m’apparaît pas.

Le statut de « mode singulier du penser » étant d’emblée reconnu à l’idée (il résulte de P (VIII,2) et de son scolie) il paraît suffisant de solliciter P (XXVIII,1) comme le fait d’abord S. Celle-ci assure l’enchaînement causal d’existence et d’effet entre les idées. Il semble alors que P(IX, 2) soit démontré.
Pas du tout : S appelle alors P (VII,2) et évoque maintenant l’identité de l’ordre et la connexion des idées et de l’ordre et la connexion des choses.

L’une ou l’autre de ces deux approches ne pouvait-elle suffire ? Qu’apporte l’une par rapport à l’autre ?

Retourner vers « L'ontologie spinoziste »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Yahoo [Bot] et 1 invité