Dieu de Spinoza contre Dieu de la foi

Questions et débats touchant à la conception spinozienne des premiers principes de l'existence. De l'être en tant qu'être à la philosophie de la nature.
Règles du forum
Cette partie du forum traite d''ontologie c'est-à-dire des questions fondamentales sur la nature de l'être ou tout ce qui existe. Si votre question ou remarque porte sur un autre sujet merci de poster dans le bon forum. Merci aussi de traiter une question à la fois et d'éviter les digressions.
Avatar du membre
bardamu
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 1024
Enregistré le : 22 sept. 2002, 00:00

Messagepar bardamu » 11 janv. 2004, 13:53

succube a écrit : cette unité construite ,à l'idée du Dieu de la tradition judéo-chrétienne .

????
Le Dieu judéo-chrétien est sans volonté, sans intellect, sans but ?
Spinoza aurait été plus convaincant s'il en était resté à définir l'unité de substance comme unité de la Nature et ne pas introduire de force l'idée de Dieu , dans un système qui aurait pu théoriquement s'en passer , sans ses prétentions à conduire les hommes jusqu'à la béatitude , en les aidant à gravir l'échelle des savoirs .

Pourtant il insiste pour garder le terme de Dieu et ce n'est pas pour rien, cela évite notamment qu'on mette un Dieu ou un homme au-dessus de la Nature. La transcendance théologique ou la transcendance de l'homme tout-puissant qui se dit absolument libre, n'est plus possible. L'homme et dieu sont pris dans la Nature. Pas moyen de fuir le Réel, pas de pensée magique ou d'arrière-monde, ni Enfer, ni Paradis, ni Matrix.
Que diable, beaucoup d'autres avant lui , arrivés sur ce même seuil ,parce qu'ils se refusaient avec justesse à assimiler le Tout et Dieu , on fait appel à un médiateur quelconque qu'il se nomme âme du monde, Adam universel, dixième cercle des fixes , Imam ou Réalité mohamédienne .

Dans toutes les religions il y a une part de mystiques, de saints et de soufis qui outrepassent à leurs risques et périls les barrières des "médiateurs".
Mansûr al-Hallâj (858-922) avant d'être supplicié disait : "Je suis la Vérité", "Je suis Dieu".
Ni Eckart, ni Boehm ne font d'après ce que j'en connais une place au Dieu personnel et au dialogue singulier que nous entretenons avec lui , au contraire il semble qu'ils aient l'un comme l'autre prétendu le dépasser , c'est triste .
amicalement


Chrétienne ? (le féminin est pour la Succube).
Pour qu'il y ait dialogue, il faut qu'il y ait échange. Le Dieu personnel répond aux prières personnelles ?

Avatar du membre
hokousai
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 4105
Enregistré le : 04 nov. 2003, 00:00
Localisation : Hauts de Seine sud

Messagepar hokousai » 11 janv. 2004, 14:15

cher Succube
j'ai peu de temps pour vous répondre

je vois un air de famille entre Spinoza et le bouddhisme .. un air de famille .. au sens wittgensteinien .C'est aux Spinozistes connaisseurs du bouddhisme de juger .
(Sans vouloir exclure quiconque intéressé par la quetion .)

Un air de famille aux regard des autres familles ( dualisme gnostique ,monothéisme , platonisme , ou criticisme kantien )

. Bien des différences entre Spinoza et le bouddhisme aussi . La principale résidant dans l 'humeur générale :optimiste chez Spinoza pessimiste dans le bouddhisme .. affirmation de la vie chez Spinoza ( proximité d'avec le postérieur Nietzsche ) détachement du désir et dans un certain sens négation de lavie , il faut l'avouer ,dans le bouddhisme )

je me réfèrais à Henri Corbin .mais avez vous relu les pages auxquelles je vous renvoyais .

à suivre ..
hokousai


Retourner vers « L'ontologie spinoziste »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité