Dialogue sur Spinoza

Questions et débats touchant à la conception spinozienne des premiers principes de l'existence. De l'être en tant qu'être à la philosophie de la nature.
Règles du forum
Cette partie du forum traite d''ontologie c'est-à-dire des questions fondamentales sur la nature de l'être ou tout ce qui existe. Si votre question ou remarque porte sur un autre sujet merci de poster dans le bon forum. Merci aussi de traiter une question à la fois et d'éviter les digressions.
Avatar du membre
YvesMichaud
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 257
Enregistré le : 03 avr. 2003, 00:00
Localisation : Québec
Contact :

Dialogue sur Spinoza

Messagepar YvesMichaud » 19 juin 2004, 19:23

Voici un dialogue sur un raisonnement de Spinoza (pris dans l'Éthique)



ROLAND

Selon toi, ne pouvoir pas exister n’est-il pas une impuissance?

MARTIAL

Oui, si l’existence vaut mieux que l’inexistence.

ROLAND

Aurais-tu des doutes là-dessus?

MARTIAL

Rien de certain, mais attendons de voir la suite.

ROLAND

Si ne pouvoir pas exister est une impuissance, pouvoir exister n’est-il pas au contraire une puissance?

MARTIAL

Oui.

ROLAND

Par ailleurs, si Dieu n’existait pas, pourrait-il exister?

MARTIAL

J’ai du mal à comprendre.

ROLAND

Dieu n’est-il un être dont l’existence est nécessaire?

MARTIAL

Oui.

ROLAND

Et un être qui est absolu, c’est-à-dire sans cause?

MARTIAL

Oui.

ROLAND

Alors s’il n’existait pas, pourrait-il commencer d’exister?

MARTIAL

J’ai du mal à le concevoir, mais je ne suis sûr de rien.

ROLAND

Jugeons de cette possibilité. Pourrait-il passer de lui-même de l’inexistence à l’existence? S’il n’existe pas, peut-il « s’autocréer »?

MARTIAL

Cette hypothèse me paraît saugrenue.

ROLAND

À moi aussi. S’il commençait d’exister, ce ne serait donc pas par lui-même?

MARTIAL

Non.

ROLAND

Ce serait parce qu’une cause, déjà existante, lui communique l’existence?

MARTIAL

Oui.

ROLAND

Donc, si Dieu n’existait pas, il pourrait exister, mais grâce à une cause?

MARTIAL

Je répète que c’est dur à concevoir.

ROLAND

Eh bien moi je t’affirme que cet être qui existerait grâce à une cause ne serait pas Dieu.

MARTIAL

Ah non?

ROLAND

Non car, comme nous avons dit, Dieu est l’absolu, qui ne dépend d’aucune cause pour exister.

MARTIAL

Ça y est, je comprends. Si Dieu est absolu, il ne peut avoir commencé d’exister. Donc l’existence n’a pas pu lui manquer dans le passé.

ROLAND

Concluons que si Dieu n’existait pas, il ne pourrait pas exister.

MARTIAL

J’en conviens.
ROLAND

Mais ne sommes-nous pas assurés que les êtres finis peuvent exister? Si de fait ils existent, cela n’implique-t-il pas nécessairement qu’ils ont le pouvoir d’exister?

MARTIAL

C’est évident.

ROLAND

Mais Dieu n’est-il pas infini?

MARTIAL

S’il existe, oui.

ROLAND

S’il existe! Nous le verrons bientôt. Un être infini n’est-il pas plus puissant que des êtres finis?

MARTIAL

Oui.

ROLAND

C’est donc que Dieu existe. S’il n’existait pas, en effet, il ne pourrait exister. Or, des êtres finis peuvent exister. Donc, dans cette hypothèse, des êtres finis pourraient quelque chose que ne peut pas l'être infini. Ils seraient donc plus puissants que lui, ce qui est absurde. Voilà ce qu’il fallait démontrer.

MARTIAL

Navré, mais je ne suis pas encore satisfait.

ROLAND
Et pourquoi, cette fois-ci?

MARTIAL

J’ai dit que Dieu est infini, s’il existe. Autrement, ce n’est qu’un concept. Or toi, pour comparer comme tu le fais l’être infini et les êtres finis et affirmer qu’il est absurde qu’un être fini puisse quelque chose que ne peut pas l’être infini, tu dois supposer l’existence de l’être infini. Si tu ne supposes pas cette existence, c’est un concept que tu compares avec des êtres finis, ce qui ne veut rien dire.

ROLAND

Donc, il n’est pas absurde que les êtres finis soient plus puissants que l’être fini.

MARTIAL

Examinons attentivement cette proposition : « les êtres finis sont plus puissants que l’être infini. » Le sujet est « les êtres finis » et le prédicat est « plus puissant que l’être infini »?

ROLAND

Exact.

MARTIAL

Et la copule est « sont »?

ROLAND

Oui.

MARTIAL

La copule a-t-elle uniquement un sens associatif ou a-t-elle aussi un sens existentiel? Je précise ma question : la copule a-t-elle seulement pour fonction de lier le sujet et le prédicat, ou a-t-elle aussi pour fonction d'affirmer l’existence du sujet?

ROLAND

À mon avis, la copule a ces deux fonctions.

MARTIAL

Donc, dans ta proposition, la copule affirme l’existence du sujet?

ROLAND

Il semble bien.

MARTIAL

Mais n’affirme-t-elle pas aussi l’existence de l’attribut?

ROLAND

Sans doute.
MARTIAL

Mais l’attribut, « plus puissants que l’être infini », n’est-il pas une relation?

ROLAND

Oui.

MARTIAL

Une relation dont on a affirmé l’existence?

ROLAND

Oui.

MARTIAL

Une relation serait-elle existante si l’un des termes qu’elle met en rapport n’existait pas?

ROLAND

Cela me semble impossible.

MARTIAL

Dans la relation dont on parle, l’être infini n’est-il pas un des termes mis en rapports?

ROLAND

Oui.

MARTIAL

Donc, si la relation est affirmée comme réelle, il faut l’être infini, qui en est un des termes, soit affirmé comme réel?

ROLAND

En effet.

MARTIAL

Mais cette proposition que nous venons d’analyser, où se trouve-t-elle dans ton raisonnement? Dans les prémisses ou dans la conclusion?

ROLAND

Dans les prémisses.

MARTIAL

Donc, dans les prémisses, tu affirmes déjà l’existence de l’être infini?

ROLAND

Je vois où tu veux en venir. Tu vas me dire que je commets une pétition de principe, car je suppose dans les prémisses ce que je veux démontrer dans la conclusion, à savoir l’existence de l’être infini.

MARTIAL

Et qu’as-tu à répliquer à ce reproche?

ROLAND

Je ne sais pas.

MARTIAL

Alors comment espères-tu me convaincre?

ROLAND

J’y renonce. Je renonce à cette preuve.
« Dieu, modifié en Allemands, a tué Dieu, modifié en dix mille Turcs. »
- Bayle

« L'idée, hors de Dieu et hors de nous, est chose; la chose, en nous et en Dieu, est idée. »
- Sertillanges

Avatar du membre
bardamu
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 1024
Enregistré le : 22 sept. 2002, 00:00

Messagepar bardamu » 19 juin 2004, 23:47

ROLAND :
finalement, il vaut mieux que je précise.
Dans cette démonstration, j'ai voulu établir l'existence de Dieu a posteriori, afin de rendre la chose plus facilement concevable ; mais ce n'est pas à dire pour cela que l'existence de Dieu ne découle a priori du principe même qui a été posé. Car, puisque c'est une puissance que de pouvoir exister, il s'ensuit qu'à mesure qu'une réalité plus grande convient à la nature d'une chose, elle a de soi d'autant plus de force pour exister ; et par conséquent, l'Etre absolument infini ou Dieu a de soi une puissance infinie d'exister, c'est-à-dire existe absolument. Et toutefois plusieurs peut-être ne reconnaîtront pas aisément l'évidence de cette démonstration, parce qu'ils sont habitués à contempler exclusivement cet ordre de choses qui découlent de causes extérieures, et à voir facilement périr ce qui naît vite, c'est-à-dire ce qui existe facilement, tandis qu'au contraire ils pensent que les choses dont la nature est plus complexe doivent être plus difficiles à faire, c'est-à-dire moins disposées à l'existence. Mais pour détruire ces préjugés, je ne crois pas avoir besoin de montrer ici en quel sens est vraie la maxime : Ce qui naît aisément périt de même, ni d'examiner s'il n'est pas vrai qu'à considérer la nature entière, toutes choses existent avec une égale facilité. Il me suffit de faire remarquer que je ne parle pas ici des choses qui naissent de causes extérieures, mais des seules substances, lesquelles (par la Propos. 6) ne peuvent être produites par aucune cause de ce genre. Les choses, en effet, qui naissent des causes extérieures, soit qu'elles se composent d'un grand nombre ou d'un petit nombre de parties, doivent tout ce qu'elles ont de perfection ou de réalité à la vertu de la cause qui les produit, et par conséquent leur existence dérive de la perfection de cette cause, et non de la leur. Au contraire, tout ce qu'une substance à de perfection, elle ne le doit à aucune cause étrangère, et c'est pourquoi son existence doit aussi découler de sa seule nature et n'être autre chose que son essence elle-même. Ainsi donc la perfection n'ôte pas l'existence, elle la fonde ; c'est l'imperfection qui la détruit, et il n'y a pas d'existence dont nous puissions être plus certains que de celle d'un être absolument infini ou parfait, savoir, Dieu ; car son essence excluant toute imperfection et enveloppant la perfection absolue, toute espèce de doute sur son existence disparaît, et il suffit de quelque attention pour reconnaître que la certitude qu'on en possède est la plus haute certitude.


Retourner vers « L'ontologie spinoziste »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité