Spinoza et la démarche scientifique

Questions et débats touchant à la nature et aux limites de la connaissance (gnoséologie et épistémologie) dans le cadre de la philosophie spinoziste.
Avatar du membre
Lechat
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 59
Enregistré le : 18 août 2013, 00:00
Localisation : Paris

Re: Spinoza et la démarche scientifique

Messagepar Lechat » 06 avr. 2014, 19:27

A Vanleers,

Oui, j'aime bien moi aussi la reformulation de Macherey quand il dit parlant des notions communes : "ne présentant en quelque sorte pas d'épaisseur, elles ne peuvent être vues de biais" (p282, lu sur le site spinoza.fr). Ca rend bien compte du fait que ces idées ne peuvent pas être perçues partiellement de façon mutilée.

Mais même si je suis d'accord avec vous pour dire que le 2eme genre de connaissance est théoriquement un savoir absolu, je me demande dans quel mesure on peut dire que n'importe quel raisonnement débouche sur une idée adéquate sachant que la plupart du temps, on ne sait pas dire si le point de départ est réellement une notion commune (plutôt qu'un axiome admis). Donc j'ai envie de dire que les cas de 2eme genre de connaissance sont extrêmement rares et que la plupart du temps (y compris dans l'Ethique) nous sommes dans le rationalisme critique au sens de Popper.

Ce qui me conforte dans cette opinion, c'est la lettre 4 à Oldenburg. Dans la lettre 3, Oldenburg demande à Spinoza le statut des axiomes : du besoin ou non de les prouver. Et Spinoza répond ""Vous poursuivez, troisièmement, en objectant que ces axiomes ne sont pas à ranger au nombre des notions communes. Mais je ne discute pas de cette question". Et ensuite Spinoza se contente de réfuter les objections d'Oldenburg aux axiomes. Il est donc dans une démarche d'économie d'hypothèses, considérées comme vraies jusqu'à preuve du contraire.

Mais, comme il est dit dans votre dernière citation de Sylvain Zac, la connaissance absolue n'est pas un but en soi pour l'Ethique. Le but est bien d'échapper aux pièges de l'imagination, et de bien vivre selon une éthique qui repose sur des axiomes. Et il faudrait être de très mauvaise foi pour ne pas admettre ses axiomes.

Bien à vous
Modifié en dernier par Lechat le 07 avr. 2014, 21:43, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Vanleers
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 1468
Enregistré le : 22 nov. 2012, 00:00

Re: Spinoza et la démarche scientifique

Messagepar Vanleers » 07 avr. 2014, 17:59

A Lechat

La connaissance adéquate, au sens de Spinoza, part de la connaissance de l’essence infinie de Dieu et son éternité et s’en déduit (E II 47 sc.)
Cette déduction sera opérée grâce, notamment à des outils que sont les axiomes.
A ce sujet, je cite le commentaire de Macherey à propos des axiomes de la partie I de l’Ethique (p. 54) :

« A la différence des définitions qui portaient directement sur des choses de nature déterminée, ceux-ci précisent les conditions permettant de penser des choses en général, c’est-à-dire qu’ils dégagent les formes de relation entre des choses, entre « toutes les choses qui sont » »

Les axiomes les plus importants sont ceux de la partie I et ce sont ceux-là dont il est question dans la lettre 4 à Oldenburg (dans le passage que vous citez, Appuhn traduit par « vérités premières » ce qui est rendu, dans votre traduction, par « notions communes »).
La base de départ de la connaissance adéquate, c’est donc la connaissance de l’essence de Dieu et les axiomes ne sont que les outils nécessaires à la déduction, outils qui sont évidents par eux-mêmes.

Bien à vous

Avatar du membre
Lechat
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 59
Enregistré le : 18 août 2013, 00:00
Localisation : Paris

Re: Spinoza et la démarche scientifique

Messagepar Lechat » 25 avr. 2014, 19:43

Ok, pour info ma traduction de la correspondance de Spinoza est de Maxime Rovere.

vous avez écrit :
axiomes (...) outils qui sont évidents par eux-mêmes


J'allais vous challenger sur la notion d'évidence mais je suis tombé sur cet article d'Henrique qui se trouve toujours sur l'ancien site :http://www.spinozaetnous.org/article18.html
Henrique y décrit les propriétés d'une idée vraie, applicables à tous les axiomes : unicité, nécessité, clarté, distinction et complétude. Il ne parle d'ailleurs pas du tout de notions communes comme fondement de l'évidence.

Je remarque qu'on insiste sur le fait que le deuxième genre de connaissance se base sur des notions communes et des déductions (E2p40sc). La seule fois où cela sert vraiment c'est effectivement dans les démonstrations de E2p46 E2p47.


Retourner vers « La connaissance »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité