Des notions communes aux essences singulières

Questions et débats touchant à la nature et aux limites de la connaissance (gnoséologie et épistémologie) dans le cadre de la philosophie spinoziste.
Pourquoipas
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 387
Enregistré le : 30 déc. 2003, 00:00

Messagepar Pourquoipas » 31 juil. 2005, 16:01

,,,
Modifié en dernier par Pourquoipas le 04 janv. 2009, 12:43, modifié 1 fois.

Avatar du membre
hokousai
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 4082
Enregistré le : 04 nov. 2003, 00:00
Localisation : Hauts de Seine sud

Messagepar hokousai » 31 juil. 2005, 21:30

rep à Pourquoipas

cher ami

Je comprends ce que vous dîtes (et ce que dit miam ) à savoir l’intellect de Dieu comme mode de l’attribut pensée et en ce sens l’entendement est analogue au notre ou compréhensible tel que le notre .

Mais Spinoza dans ce scolie s ‘engage sur l’intellect de dieu """ et donc si l’intellect de Dieu est l’unique cause des chose ,à savoir ( nous l’avons montré )tant de leur existence que de leur essence il doit etc """""

Spinoza parle donc bien non d un mode mais de l’essence de Dieu .Certes il suppose """ si à l’essence éternelle de Dieu appartiennent intellect et volonté """"
Il s’agit là d’une supposition mais Spinoza l’assume par la suite du texte et confirme cet endossement par la comparaison entre les chiens .Il n’y a en aucun cas une affirmation de l’absurdité de la supposition bien au contraire .

Hokousai
( je m’absente pour deux semaines )

Pourquoipas
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 387
Enregistré le : 30 déc. 2003, 00:00

Messagepar Pourquoipas » 31 juil. 2005, 22:04

,,,
Modifié en dernier par Pourquoipas le 04 janv. 2009, 12:43, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Miam
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 941
Enregistré le : 28 févr. 2004, 00:00

Messagepar Miam » 02 août 2005, 15:04

A Hokusai (j'ai du retard)

Tout ce que vous voulez. Mais l’hypothèse n’est pas spinozienne. Car pour Spinoza, l’entendement est un mode infini et n’appartient pas à la nature de la substance, ni ne la constitue comme le fait un attribut. Il n’est pas la cause de notre entendement (cela c’est la substance elle-même selon l’attribut pensée, sauf dans le CT) mais la totalité dont notre Mental est une partie. Du reste, notre entendement ne peut être conçu comme un mode distinct du Mental ni même comme une faculté, alors que l’entendement de Dieu est un mode infini. Enfin si l’entendement infini n’était pas un mode et était cause du nôtre, il faudrait que le chien céleste soit la cause, efficiente et non seulement formelle, du chien aboyant (ou vice-versa). Et Spinoza en montre ici toute l’absurdité. Que l’on ait nommé notre entendement comme l’entendement de Dieu par un même vocable, cela est issu d’une association par l’imagination. Tout ce scolie a pour rôle que de montrer que l’entendement n’appartient pas à la nature de Dieu parce que toute cause est efficiente. Son objet est le statut de l’entendement de Dieu lorsque les causes formelles et efficientes sont assimilées.

Miam


Retourner vers « La connaissance »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité