Ethique IV, appendice (Besoin d'aide)

Lecture pas à pas de l'Ethique de Spinoza. Il est possible d'examiner un passage en particulier de cette oeuvre.
Avatar du membre
iris
passe par là...
passe par là...
Messages : 6
Enregistré le : 01 nov. 2005, 00:00

Messagepar iris » 02 nov. 2005, 15:13

Je dirais qu'on concilie la diversité des désirs et l'exigence universelle de bonheur sur la raison. Car dans le Chapitre II, il oppose l'action et la passion en disant que l'action on la fait, et la passion, on la subit. La passion exclut toujours la raison, c'est une montagne de sensations, c'est ce qui appartient davantage au corps. De plus, dans le Chapitre 4, Spinoza dit qu'il faut privilégier la raison car elle appartient à l'entendement, c'est elle qui fait que nous sommes un homme et non un animal.

Avatar du membre
Henrique
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 1144
Enregistré le : 06 juin 2002, 00:00
Localisation : France
Contact :

Messagepar Henrique » 02 nov. 2005, 15:44

Ok, on pourrait donc dire que la raison qui est le pouvoir de penser sur la base de notions communes à tous les hommes permet d'identifier des désirs fondamentaux, valables pour tous les hommes (ceux-là mêmes qui permettent aux hommes de développer leur raison et leur entente commune), désirs qu'il convient de cultiver en les distinguant de désirs secondaires, qui nous distinguent les uns des autres et qui se rapportent donc aux causes extérieures naturelles.

Je vous demandais si Spinoza nie la diversité des désirs, vous ne répondez pas nettement. En fait, il ne s'agit pas de nier que nous ayons différents désirs, différents d'un individu à l'autre, puis selon les périodes à l'intérieur d'un même individu. Mais il s'agit de voir comment tous les désirs ont une même origine : le désir fondamental de l'homme de persévérer dans son être. Ensuite, il y a ceux qui sont adéquats à cette persévérance et il y a ceux dans lesquels l'homme croit vaguement et à tort que leur satisfaction contribuent à son utilité (par exemple l'ivrogne est persuadé en son for intérieur que l'alcool lui fait du bien même si en surface il admet que ce n'est pas bon pour sa santé - c'est que pour lui la santé passe après le plaisir qu'il éprouve dans l'état d'ivresse).

Il vous reste donc à prendre cette idée d'ensemble du problème et de la solution spinozienne apportée à la question du bonheur et à vous en servir comme fil conducteur pour voir comment se structure le texte dans le détail.

Résumez chaque chapitre à deux ou trois lignes en vous demandant à chaque fois comment cela s'insère dans la logique d'ensemble. Puis regroupez les différents chapitre selon la question particulière qu'il traitent en commun.

Je vous le dis tout de suite, on peut distinguer cinq grandes parties dans ce texte allant des principes les plus fondamentaux aux conséquences les plus concrètes. A vous de faire en ne vous contentant pas cette fois de quelques petites esquisses d'idées. Faites en sorte de vous investir personnellement plus à fond pour pouvoir entrer dans une compréhension plus approfondie.


Retourner vers « Lecture de l'Ethique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité