François Moreau, Macherey, Misrahi et les autres...

Ce qui touche de façon indissociable à différents domaines de la philosophie spinozienne comme des comparaisons avec d'autres auteurs, ou à des informations d'ordre purement historiques ou biographiques.
Krishnamurti
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 403
Enregistré le : 22 juin 2002, 00:00

François Moreau, Macherey, Misrahi et les autres...

Messagepar Krishnamurti » 07 déc. 2005, 00:22

Sur Amazon à propos de 100 Mots sur l'Ethique de Spinoza
de Robert Misrahi :

Bonne entrée en matière, 22 novembre 2005
Commentaire de : dgsu (Qui suis-je ?) de Bruxelles, Bruxelles Belgique
Cette collection nous a accoutumés à ses présentations paticulières: on aborde un auteur ou un sujet au travers de cent mots ou notions.

Le procédé est justement adapté à la pensée circulatoire de Spinoza puisque dans l'Ethique même, il n'est pas imaginable de pratiquer une lecture cursive tant on est "trimballé" d'avant en arrière par les multiples renvois.

Cette petite présentation de Robert Misrahi, un spécialiste français du philosophe hollandais, s'avérera donc utile et agréable à ceux qui veulent découvrir la lumineuse pensée de Spinoza.

Même si nous avons tendance à préférer la manière de voir de Pierre-François Moreau ou Pierre Macherey, peut-être plus proches d'un spinozisme originel. http://minilien.com/?0Ef5WOTR1u


Moi, c'est avec Misrahi que j'ai le mieux appréhendé Spinoza. Et vous ?

dgsu, tu peux nous en dire plus ? :wink:

Avatar du membre
DGsu
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 218
Enregistré le : 14 janv. 2004, 00:00
Localisation : Ici
Contact :

Messagepar DGsu » 07 déc. 2005, 09:06

:D
C'est un bon sujet de discussion: qui parle le mieux la pensée de Spinoza ? :? (je ne suis pas très bavard sur le sujet)

J'ai beaucoup apprécié écouter Misrahi sur France Culture et je suis sûr qu'on peut avec lui aborder Spinoza avec bonheur. C'est pour ça que j'ai eu envie d'écrire un petit commentaire sur son 100 mots.

J'ai parfois trouvé qu'il utilisait des notions pas très spinozistes, directement dans ses explications, comme l'intention. Je suis sûr qu'il sait bien lui-même ce qu'il dit, mais dans une explication sur la pensée spinoziste, on peut probablement être plus rigoureux. Il faudrait que je le réécoute et le relise pour être moi-même plus précis.

De plus, dans sa discussion de l'Ethique, la forme géométrique n'a que peu (ou pas) de place. Alors que la phénoménologie vient régulièrement au secours de certaines explications difficiles.

Je reste très prudent dans cette critique, car associer la phénoménologie à une discussion sur Spinoza n'est certainement pas absurde. Voilà, je me sens plus proche du Spinozisme de Pautrat, peut-être moins fantaisiste ou moins parlant. Robert Misrahi a probablement une manière de parler qui le rend plus abordable.

DG :wink:
"Ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaînes." Rosa Luxemburg

Avatar du membre
Themistius
passe par là...
passe par là...
Messages : 2
Enregistré le : 20 avr. 2004, 00:00

Messagepar Themistius » 07 déc. 2005, 11:20

Bonjour à tous,
Je n'ai pas lu l'ouvrage dont il est question ci dessus. Cependant, je peux dire que je n'aime pas Macherey. Il a trop souvent tendance à "lisser" le texte, mettre de côté certaines choses pour aller plus vite etc...
Quant à Pautrat, je suis son séminaire à l'ENS. Il a au moins le mérite de prendre au sérieux l'Ethique, de relever le pari de Spinoza, en essayant de vérifier si le programme annoncé est rempli. Le seul reproche que je lui ferai est de ne pas être assez technique. Il raconte plutôt qu'il n'analyse. mais c'est de toutes façons un homme charmant.

Krishnamurti
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 403
Enregistré le : 22 juin 2002, 00:00

Messagepar Krishnamurti » 19 déc. 2005, 11:44

Depuis 1959 ("Le Désir et la Réflexion dans la philosophie de Spinoza", Gordon & Breach), Misrahi poursuit un travail de commentateur de Spinoza en même temps qu'une oeuvre personnelle autour du concept de REFLEXION.

Au point que de ce travail et de cette oeuvre, qui n'en demeurent pas moins passionnants, on ne sait plus ce qui appartient à Spinoza et ce qui appartient à Misrahi.

Des débats qui suivirent l'intervention de Misrahi aux Actes des Journées d'études organisées les 14 et 21 janvier, 11 et 18 mars 1990 à la Sorbonne par le Centre de recherche sur l'histoire des systèmes de pensée modernes de l'Université de Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, on peut retenir ceci :

1. Au cours des débats qui ont suivi cette communication, l'objection suivante a été formulée : Spinoza n'emploierait nulle part l'expression « conscience réflexive », ou « réflexion ». L'objection ne nous paraît pas valable, pour les raisons suivantes : parce que toute idée est une connaissance (par ex. : Eth., II, 19, dém.), et parce qu'il y a toujours dans l'espnt humain une idée des idées des affections du corps (Eth., II, 22, dém.), on peut dire qu'il y a toujours conscience en tout affect (Eth., II, 9, scol.) et, bien sûr, en toute idée. Celle-ci est de soi idea ides (cf. Eth., II, 21, scol.). Ce que décrit Spinoza est bien la conscience d'abord préréflexive (pouvant être une connaissance inadéquate) et ensuite réflexive (lorsque, de conscience obscure et confuse, elle est devenue connaissance adéquate). Mais pourquoi appeler réflexive ce redoublement de l'idée comme conscience ou comme connaissance d'elle-même ? N'est-ce pas une appellation trop moderne ? Il n'en est rien, et c'est Spinoza lui-même qui autorise cet emploi. Dans le Traité de la réforme de l'entendement, voulant introduire sa méthode (où « l'esprit doit être dirigé selon la norme de l'idée de l'Etre le plus parfait »), Spinoza écrit : « ... comme le rapport entre deux idées est le même qu'entre leurs essences formelles, il suit que la connaissance réflexive (cognitio reflexiva) de l'idée de l'Etre le plus parfait sera supérieure à la connaissance réflexive de toutes les autres idées... » (T.R.E, § 38, dans l'édition Koyré. C'est nous qui soulignons). Spinoza au XXe Siècle, sous la direction de Olivier Bloch, PUF, Janvier 1993. Page 137 et 138

Qu'en pensez-vous ? :)

Krishnamurti
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 403
Enregistré le : 22 juin 2002, 00:00

Messagepar Krishnamurti » 19 déc. 2005, 11:47

Et Victor Delbos ? Ca vaut quoi aujourd'hui ? 8O :wink:

Krishnamurti
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 403
Enregistré le : 22 juin 2002, 00:00

Messagepar Krishnamurti » 02 janv. 2007, 02:37

Spinoza aujourd’hui - Les grands traits de la recherche actuelle en France (1990-2005)
par Chantal Jaquet
http://www.cotephilo.net/article.php3?id_article=110
Modifié en dernier par Krishnamurti le 02 janv. 2007, 02:43, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Ulis
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 159
Enregistré le : 30 déc. 2003, 00:00

Messagepar Ulis » 02 janv. 2007, 08:21

Il y a un livre "Robert Misrahi, un combat philosophique" par Nicolas Martin qui n'est pas une réussite !
R.M. y dit par exemple qu'il n'est pas spinoziste et qu'il n'a pas lu Wittgenstein ! Je pense qu'il s'est égaré lors de cet entretien. Pour le reste, j'ai apprécié R.M.
Personnellement je me souviens avoir débuté Spino par Léon Brunschvicg
Récemment, j'ai suivi le séminaire de Pierre François Moreau à l'ENS Lyon.
Très intéressant !
ulis

Avatar du membre
Benbarka
passe par là...
passe par là...
Messages : 14
Enregistré le : 25 juil. 2005, 00:00

Messagepar Benbarka » 02 janv. 2007, 17:02

Il y a un commentateur excellent et pourtant rarement cité : Nicolas Israël
Son livre "Spinoza. Le temps de la vigilance" est, selon moi, le meilleur que l'on puisse trouver dans les livres travaillant sur une thématique précise chez Spinoza.

Vivement conseillé!!!!!

Krishnamurti
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 403
Enregistré le : 22 juin 2002, 00:00

Messagepar Krishnamurti » 02 janv. 2007, 17:46

Benbarka a écrit :Il y a un commentateur excellent et pourtant rarement cité : Nicolas Israël
Son livre "Spinoza. Le temps de la vigilance" est, selon moi, le meilleur que l'on puisse trouver dans les livres travaillant sur une thématique précise chez Spinoza.

Vivement conseillé!!!!!


Discours de soutenance de thèse
La distinction entre la durée et le temps dans l'oeuvre de Spinoza
Nicolas Israël
Thèse soutenue le 12 décembre 1998 à l'Université de Paris I.
Jury : Messieurs Alexandre Matheron, André Tosel, Pierre-François Moreau, Christian Lazzeri.
http://cerphi.net/theses/israel.htm

Temps et politique dans l’oeuvre de Spinoza
par Nicolas Israel
Mise en ligne mai 2000
http://multitudes.samizdat.net/Temps-et ... euvre.html

Présentation par Captain-doc
http://www.captaindoc.com/biblionet/biblio46.html

Un autre texte
http://multitudes.samizdat.net/La-secur ... -de-l.html


Retourner vers « Questions transversales »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités