Quoi, encore une!?

Ce qui touche de façon indissociable à différents domaines de la philosophie spinozienne comme des comparaisons avec d'autres auteurs, ou à des informations d'ordre purement historiques ou biographiques.
Pourquoipas
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 387
Enregistré le : 30 déc. 2003, 00:00

Messagepar Pourquoipas » 21 mars 2006, 13:55

Si tu fais allusion aux "médiocres et inintéressants", je te signale que, question humour, je peux faire bien pire...


[Ce qui suit a été ajouté le 22 mars à 13 h 33, heure française - accessoirement quelqu'un pourrai-il me dire à l'heure de quel pays correspond l'heure qui apparaît en haut des messages ?]

J'allais oublier... Schopenhauer eut aussi une très grande influence sur l'un des personnages les plus importants du 20e siècle, un certain Adolf Hitler (et beaucoup plus que les écrits de Wagner ou Nietzche – l'antisémitisme de ce dernier est très sujet à caution). (Renseignements trouvés dans une biographie de Hitler par François Delpla parue chez Grasset ces dernières années.)

Tout cela pour dire que, passée la mode hégélianiste de la première moitié du 19e, Schopenhauer (qui haïssait Hegel) fut lu, plus ou moins bien (mais son antisémitisme est réel, plus que celui de Wagner lui-même), et célébrissime (il y a une nouvelle de Maupassant sur la mort de Schopenhauer) dans toute l'Europe jusqu'au moins le début du 20e.

Et cela n'est pas de l'humour.


JF

Avatar du membre
Miam
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 946
Enregistré le : 28 févr. 2004, 00:00

Messagepar Miam » 22 mars 2006, 19:08

1) Et alors ? Où veux-tu en venir ? Du coup Freud était hitlérien et la "pensée 68" aussi ? Donc Deleuze était hitlérien ? Tu es adepte de l'ex "nouvelle philosophie" ?
2) Nietzsche n'était pas antisémite. Dans ses posthumes, il vitupère contre les antisémites et xénophobes qu'il considère comme à peine humains. Par contre son éditeur était antisémite, ainsi que le public "cultivé" de son époque. D'où les passages dits antisémites surtout dans la Généalogie de la morale et l'usage de ceux-ci et d'autres encore, complètement arrachés à leur contexte, par sa soeur (qui compile et fait publier la "Volonté de puissance"), femme d'un antisémite que Nietzsche détestait, et ensuite par Hitler dans la littérature soldatesque du front de l'Est.
3) Pour revenir à des choses "inintéressantes", peux-tu me dire où Schopenhauer cite Spinoza dans "Le monde comme volonté et représentation" ? Car c'est là une brique que je n'ai jamais pu lire entièrement.

Miam

Pourquoipas
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 387
Enregistré le : 30 déc. 2003, 00:00

Messagepar Pourquoipas » 22 mars 2006, 19:45

Miam a écrit :1) Et alors ? Où veux-tu en venir ? Du coup Freud était hitlérien et la "pensée 68" aussi ? Donc Deleuze était hitlérien ? Tu es adepte de l'ex "nouvelle philosophie" ?


Ne confonds pas tout. Je n'ai jamais dit que Freud fût hitlérien ou antisémite. J'ai simplement dit que Schopenhauer fut très lu fin 19e - début 20e. Quant au reste de ton message, ne te permets pas d'affirmer n'importe quoi sans lire ce qu'on dit. J'ai simplement dit, sur la foi d'un biographe de Hitler, que l'une de ses sources était Schopenhauer...
Quant à tes réflexions sur "la pensée 68" (il en existe une ???), "Deleuze hitlérien" ou l'"ex-nouvelle philosophie", ça n'a rien à voir avec ce que j'ai dit...
Donc, calme tes délires. Je n'appartiens à aucun clan que ce soit... Mais si tu aimes classer les gens dans des tiroirs, c'est ton problème, pas le mien...

Miam a écrit :2) Nietzsche n'était pas antisémite. Dans ses posthumes, il vitupère contre les antisémites et xénophobes qu'il considère comme à peine humains. Par contre son éditeur était antisémite, ainsi que le public "cultivé" de son époque. D'où les passages dits antisémites surtout dans la Généalogie de la morale et l'usage de ceux-ci et d'autres encore, complètement arrachés à leur contexte, par sa soeur (qui compile et fait publier la "Volonté de puissance"), femme d'un antisémite que Nietzsche détestait, et ensuite par Hitler dans la littérature soldatesque du front de l'Est.


J'ai précisé que Nietzsche n'était pas antisémite, mais qu'il a été utilisé par ceux-ci.

Miam a écrit :3) Pour revenir à des choses "inintéressantes", peux-tu me dire où Schopenhauer cite Spinoza dans "Le monde comme volonté et représentation" ? Car c'est là une brique que je n'ai jamais pu lire entièrement.

Miam


Je te les retrouve et te les donne dans deux ou trois jours.

[Edition : Rajouté le jeudi 23 mars à 3 h 24 : je n'ai en fait eu besoin que d'une heure et sans l'aide de Wikipedia pour retrouver dans mon exemplaire à peu près, sauf erreur, toutes les références à Spinoza dans "Le Monde comme...". Cf. sujet lancé par Bardamu sur "Spinoza et Schopenhauer".]


Porte-toi.

JF
Modifié en dernier par Pourquoipas le 23 mars 2006, 03:28, modifié 1 fois.

Avatar du membre
FabriceZ
persévère dans sa puissance d'être ici
persévère dans sa puissance d'être ici
Messages : 76
Enregistré le : 03 oct. 2004, 00:00

Messagepar FabriceZ » 23 mars 2006, 03:02

Je voudrais signaler que notre cher Charles Appuhn (1862-1942) est aussi l'auteur d'une biographie de Hitler que je n'ai jamais lue, mais je serais bien curieux de savoir ce qui a déterminé Appuhn a entreprendre un tel ouvrage après avoir passé sa vie entière a écrire, traduire et enseigner la philosophie de Spinoza. Pautrat recommande la lecture de ce livre dans la première version de son introduction à l'Ethique.

Fabrice
bene agere et lætari (EIV73 scholium)

Pourquoipas
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 387
Enregistré le : 30 déc. 2003, 00:00

Messagepar Pourquoipas » 23 mars 2006, 03:39

FabriceZ a écrit :Je voudrais signaler que notre cher Charles Appuhn (1862-1942) est aussi l'auteur d'une biographie de Hitler que je n'ai jamais lue, mais je serais bien curieux de savoir ce qui a déterminé Appuhn a entreprendre un tel ouvrage après avoir passé sa vie entière a écrire, traduire et enseigner la philosophie de Spinoza. Pautrat recommande la lecture de ce livre dans la première version de son introduction à l'Ethique.



J'ai fini par trouver cet ouvrage chez un bouquiniste. Il est de 1933 et s'appelle Hitler par lui-même d'après son livre « Mein Kampf », par Charles Appuhn, conservateur à la Bibliothèque de la Guerre, publié par un certain Jacques Haumont. Ce n'est pas vraiment un ouvrage philosophique, plutôt un résumé de ce qu'on trouve dans le bouquin d'Hitler qui vient juste d'accéder au pouvoir (si biographie il y a, elle est celle qu'Hitler donne de lui-même dans son bouquin). Appuhn s'y efforce simplement d'exposer la doctrine d'Hitler sur le ton le plus neutre possible (quelques allusions à Spinoza du style, dans l'intro : "ni rire ni pleurer ni s'indigner mais comprendre"), finissant même en conclusion par saluer chez Hitler "son courage et son immense amour".

JF


Retourner vers « Questions transversales »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités