Sur les syllogismes

Questions philosophiques diverses sans rapport direct avec Spinoza. (Note pour les élèves de terminale : on ne fait pas ici vos dissertations).

Avatar du membre
nicoG
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 57
Enregistré le : 30 juin 2006, 00:00

Sur les syllogismes

Messagepar nicoG » 23 août 2006, 02:28

Bonjour ou bonsoir,
encore 1 semaine et demi de vacance et par le plus grand des hasards je suis tombé sur une bibliothèque abandonnée avec un petit bouquin de l ancienne collection classiques hachettes "textes et documents philosophiques" et plus précisément celui portant sur la science et la logique. voici ci après 4 textes intéressants sur les syllogisme de 4 auteurs différents. Cela vous permettra de vous faire une opinion quand à la nature "tautologique" des syllogismes. bonne lecture.

Avatar du membre
nicoG
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 57
Enregistré le : 30 juin 2006, 00:00

56. Tautologie et universalité

Messagepar nicoG » 23 août 2006, 03:09

La distinction habituelle entre propositions fondamentales et propositions dérivés est arbitraire en logique.
Pour une proposition de logique, il n'importe pas qu'elle soit déduite de telles ou telles autres; c'est dans sa forme propre qu'il faut reconnaître sa validité. Voici un exemple simple: au moyen des connexions logique, avec 2 propositions P et Q, on peut en former d'autres: "non-P","P ou Q", "P et Q". la vérité de ces propositions composéses ne dépend manifestement pas du sens sous le rapport de la vérité, c 'est à dire ce qu'elles sont vraies ou fausses.
Ors, sous ce rapport de la vérité, il y a 4 combinaisons touchant P et Q.
Ce sont: P vrai et Q vrai [insertion personnelle:ici semblent manquées dans le texte les 3 autres combinaisons P vrai Q faux ,P faux Q vrai et P faux Q faux], que nous noterons VV;VF,FV,FF. Le sens d'un composé logique va se trouver déterminé par le fait que la proposition résultante de ladite association de P et de Q doit être vraie pour certaine des quatres cas possibles et fausse dans les autres. Par exemple, le sens de "ou" ( non pas le sens d'exclusion) est déterminé si l'on pose que la proposition "P ou Q" doit être vraie dans les 3 premiers cas et fausse dans le quatrième.
On peut continuer la formation de propositions composées; celle-ci par exemple: "(non-P et non-Q) ou (P ou Q)". Nous pouvons alors poser les valeurs sous le rapport de la vérité tout d'abord dans les quatres cas pour les propositions partielles, puis pour la proposition composée tout entière.
Dans notre exemple nous arrivons à un résultat digne de remarque: "non-P" n'est vrai que dans le 3eme et le 4eme cas;"non-Q" seulement dans les 2 eme et 4 eme. par conséquent "non-P et non-Q" n 'est vrai que dans le quatrième cas; "P ou Q" est vrai dans les 3 premier cas. il en résulte que la proposition tout entière est vrai dans tout les cas.

P,Q__non-P__non-Q__(non-P et non-Q)__P ou Q__Proposition

VV____F_______F__________F___________V____________V

VF____F_______V__________F___________V____________V

FV____V_______F__________F___________V____________V

FF_____V______V__________V___________F____________V

Une formule de ce genre, qui ne dépend ni de la signification, ni de la valeur (sous le rapport de la vérité) des propositions dont elle se compose, qui se trouve nécessairement vraie quelles qu'elles soient, vraies ou fausses, s'apelle une proposition analytique (ou tautologie). La vérité d'une telle propostion n'a d'autre fondement que sa seule forme. Et l'on peut montrer que toutes les propositions de la logique, dons aussi de la mathématique, sont des tautologies.
Carnap.

Avatar du membre
nicoG
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 57
Enregistré le : 30 juin 2006, 00:00

57.l'emploi des règles devance le syllogisme catégoriqe (1)

Messagepar nicoG » 23 août 2006, 03:43

L'attribut d'une proposition affirmative n'ayant jamais plus d'étendue que le sujet est toujours considéré comme pris particulièrement, parce que ce n'est que par accident s'il est quelque fois pris généralement.
L'attribut d'une proposition négative est toujours pris généralement.
C'est principalement sur ces axiomes que sont fondées les régles générales des syllogismes , qu'on ne saurait violer sans tomber dans de faux raisonnements.
Règle I.__le moyen ne peut être pris 2 fois particulièrement; mais il doit être pris au moins une fois universellement....
Règle II.__Les termes de la conclusion ne peuvent être pris plus universellement dans la conclusion que dans les prémisses....
Règles III.__On ne peut rien conclure de 2 propostions négatives....
Règle IV.__On ne peut pas prouver une proposition négative par 2 proposition affirmatives....
Règle V.__La conclusion suit toujours la plus faible partie, c'est à dire que s'il y a une des 2 propositions qui soit négative, elle doit être négatives; et s'il y en a une particulière, elle doit être particulière....
Règle VI__De 2 propositions particulières il ne s'ensuit rien....

La première figure est donc celle où le moyen est sujet dans la majeure et attribut dans la mineure.
Cette figure n'a que 2 règles "spéciales".
Règles I.__Il faut que la mineure soit affirmative.Car si elle était négative, la majeure serait affirmative par la 3 eme règle générale, et la conclusion négative par la 5 eme: donc le grand terme serait pris universellement dans la conclusion, parce qu'elle serait négative, et particulièrement dans la majeure, parce qu'il en est l'attribut dans cette figure, et qu'elle serait affirmative, ce qui serait contre la seconde règle, qui défend de conclure du particulier au général. Cette raison a lieu aussi dans la troisième figure, où le grand terme est aussi attribut dans la majeure.
Règle I.__La majeure doit être universelle. Car la mineure étant affirmative par la règle précédente, le moyen qui y est attribut y est pris particulièrement: dons il doit être universelle dans la majeure où il est sujet, ce qui la rend universelle; autrement il serait pris 2 fois particulièrement contre la première règle générale.

Arnauld

(1) De même la combinatoire et l'arithmétique ne dépendent pas de la logique. Voir Bachelard, la Philosophie du non, conclusion.

Avatar du membre
nicoG
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 57
Enregistré le : 30 juin 2006, 00:00

58. Réduction à un seul principe

Messagepar nicoG » 24 août 2006, 01:15

Je dis donc que le seul principe de contradiction suffit pour démontrer la seconde et la troisième figures des syllogisme par la première. Par exemple on peut conclure dans la première figure, en barbara:
____Tout B est C.
____Tout A est B.
donc Tout A est C.
Supposons que la conclusion soit fausse (ou qu'il soit vrai que quelque A n'est point C), donc l'une ou l'autre des prémisses sera fausse aussi.Supposons que la seconde est véritable, il faudra que la première soit fausse, qui prétend que tout B est C. Donc sa contradictoire sera vraie, c'est à dire quelque B ne sera point C. Et ce sera la conclusion d'un argument nouveau, tiré de la fausseté de la conclusion et de la vérité d'une des prémisses du précédent. Voici cet argument nouveau:

quelque A n'est point C.
Ce qui est opposé à la conclusion précédente supposée fausse

Tout A est B
C'est la prémisse précedente supposée vraie.

Donc quelque B n'est point C
C'est la conclusion présente vraie, opposée à la prémisse précédente fausse.

Cet argument est dans le mode disamis (1) de la troisième figure, qui se démontre ainsi manifestement et d'un coup d'oeil du mode barbara de la première figure, sans employer que le principe de contradiction. Et j'ai remarqué dans ma jeunesse, lorsque j'épluchais ces choses, que tout les modes de la seconde et de la troisième figure se peuvent tirer de la première par cette seule méthode, en supposant que le mode de la première est bon, et par conséquent que la conclusion étant fausse, ou sa contradictoire étant prise pour vraie aussi, il faut que la contradictoire de l 'autre prémisse soit vraie. Il est vrai que dans les écoles logiques on aime mieux se servir des conversions pour tirer les figures moins principales de la première, qui est la principale, parce que cela parait plus commode pour les écoliers. Mais pour ceux qui cherchent les raisons démonstratives, où il faut employer le moins de suppositions qu'on peut, on ne démontrera pas par la supposition de la conversion ce qui peut se démontrer par le seul principe primitif, qui est celui de la contradiction et qui ne suppose rien. J'ai même fait cette observation, qui paraît remarquable, c'est que les seules figures moins principales, qu'on apelle directes, savoir la seconde et la troisième, se peuvent démontrer par le principe de contradiction tout seul, mais la figure moins principales indirecte, qui est la quatrième, et dont les Arabes attribuent l'invention à Galien, quoique nous n'en trouvons rien dans les ouvrages qui nous restent de lui, ni dans les autres auteurs grecs, la quatrième, dis-je, a ce désavantage, qu'elle ne saurait être tirée de la première ou principale par cette méthode seule, et qu'il faut encore employer une autre supposition, savoir les conversions; de sorte qu'elle est plus éloignés d'un degré que la seconde et la troisième, qui sont de niveau et également éloignées de la première, au lieu que la quatrième a besoin encore de la seconde et de la troisième pour être démontrée. Car il se trouve fort à propos que les conversions même dont elle a besoin se démontrent par la figure seconde ou troisième, démontrables indépendamment des conversions, comme je viens de faire voir.

Leibniz

(1): Erreur: bocardo. la forme disamis ne s'obtient que si l'on transforme O en I par un prédicat négatif, la copule devenant positive.

Avatar du membre
nicoG
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 57
Enregistré le : 30 juin 2006, 00:00

La logique formelle, groupe de transformations.

Messagepar nicoG » 26 août 2006, 22:31

Soit d'abord, dans la seconde figure, le syllogisme que nous venons de construire: "tout sage est content", ou "nul sage n'est triste: or Pierre n'est pas content", ou "pierre est triste: donc pierre n'est pas sage". On se propose d'en renverser la mineure. Il faut pour cela conserver la majeure, et prendre pour mineure la contradictoire de la conclusion. On dira donc: "Tout sage est content" ou "nul sage n'est triste: or pierre est sage:donc pierre est content", ou "pierre n'est pas triste".
Ce syllogisme est de la première figure.Mais c'est celui même dont nous étions partis, et contre lequel nous avions dirigé celui de la seconde. Nous avions pour construire celui-ci pris pour mineure la négative de la conclusion, et conclu à la négation de la mineure. En prenant maintenant pour mineure la négative de cette conclusion nous ne faisons que rétablir notre mineure primitive; et en concluant à la négation de la mineure du second syllogisme nous ne faisons qu'énoncer une seconde fois la conclusion du premier. On ne peut donc pas dire que le syllogisme de la première figure joue, à l'égard de celui de la seconde, un rôle négatif: car il ne nie en lui que les négations dont il a été lui-même l'objet....
Supposons maintenant qu'il s'agisse d'en renverser, non plus la mineure, mais la majeure....Nous devons dire "pierre n'est pas content", ou "pierre est triste (c'est la mineure qui devient majeure): or Pierre est sage (c'est la contradictoire de la conclusion, que nous prenons pour mineure):donc "il est possible qu'un sage ne soit pas content", ou "qu'un sage soit triste". Ce syllogisme est de la troisième figure Mais c'est celui même qui nous a déjà servi à renverser la majeure de notre syllogisme de la première. Comment se fait-il que le renversement de la majeure ait lieu, dans un syllogisme de la seconde figure, par la même opération que dans un syllogisme de la première? Parce que cette opération porte en réalité sur celui de la première, dont celui de la seconde n'est qu'une transformation. La majeure qu'il s'agit de renverser est la même dans l'un et dans l'autre. La double proposition "pierre n'est pas content" ,ou "pierre est triste", que nous élevons au rang de majeure, ne jouait, dans le syllogisme de la seconde figure , le rôle de mineure que parce qu'elle niait la conclusion de celui de la première : c'est donc en réalité la contradictoire de la conclusion du syllogisme de la première figure, que nous prenons, dans celui de la troisième , comme nous avons déjà fait, pour majeure. La proposition "pierre est sage", contradictoire de la conclusion de notre syllogisme de la seconde figure, a commencé par être mineure de notre syllogisme de la première ; et c'est pour cela que nous la prenons maintenant encore, dans celui de la troisième , pour mineure. C'est donc bien dans notre syllogisme de la première figure que nous renversons encore une fois la majeure au moyen de la mineure et de la contradictoire de la conclusion. Le syllogisme de la troisième figure ne s'oppose donc directement et naturellement qu'à celui de la première, et ce n'est qu'indirectement, et en quelque sorte à travers celui de la première, que nous avons pu l'opposer à celui de la seconde.

Lachelier

Avatar du membre
Pej
persévère dans sa puissance d'être ici
persévère dans sa puissance d'être ici
Messages : 147
Enregistré le : 21 nov. 2004, 00:00
Localisation : Chaumont

Messagepar Pej » 17 sept. 2006, 21:15

Serat-il possible d'avoir les références exactes de ces 4 textes ?
Merci d'avance

Avatar du membre
nicoG
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 57
Enregistré le : 30 juin 2006, 00:00

références

Messagepar nicoG » 02 oct. 2006, 15:44

elles étaient toutes en fin de bouquin les voici:
texte 56:CARNAP, l'ancienne et la nouvelle logique, traduction du Général vouillemin ,p.27-9 ( librairie hermann).
texte 57:ARNAULD, La logique ou l'art de penser, 3e partie ch.III et V: cit. d'après l'édition Jourdain (hachette 1846 épuisé) pp.180-8
texte58:LEIBNIZ,nouveaux essais sur l'entendement humain (flammarion), livre IV,ch II.
texte 59:LACHELIER,La proposition et le syllogisme in oeuvres,t. I,p.156-6(Alcan).

Avatar du membre
Pej
persévère dans sa puissance d'être ici
persévère dans sa puissance d'être ici
Messages : 147
Enregistré le : 21 nov. 2004, 00:00
Localisation : Chaumont

Messagepar Pej » 06 oct. 2006, 19:31

Merci beaucoup pour ces précisions. J'avais retrouvé le Leibniz et le Lachelier, mais pas le Carnap et le Arnauld. :)


Retourner vers « Questions de philosophie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 10 invités