Découverte d'un manuscrit de l'Ethique

Actualités et informations diverses sur Spinoza, la philosophie en général ou regards spinozistes sur l'actualité.
Krishnamurti
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 403
Enregistré le : 22 juin 2002, 00:00

Découverte d'un manuscrit de l'Ethique

Messagepar Krishnamurti » 28 mai 2011, 15:18

http://www.spinozaeopera.net/article-de ... 31578.html
Découverte d'un manuscrit de l'Ethique : un nouveau matériau pour l'édition de Spinoza

Jusqu’ici toutes les éditions de l’Ethique devaient s’appuyer sur le texte fourni par les Opera Posthuma de 1677, quitte à les corriger par des conjectures ou à les compléter par un incertain recours à la version néerlandaise des Nagelate Schriften. A part pour quelques lettres, nous ne possédions aucun manuscrit de Spinoza. Nous savions seulement que du manuscrit (perdu) à la page imprimée, un certain nombre de corrections, en principe d’ordre stylistique, avaient dû être effectuées par les amis de Spinoza quand ils s’étaient chargés d’éditer ses œuvres après sa mort.

La situation a maintenant changé : plus de trois siècles après la première édition de l’Ethique, on a enfin découvert un manuscrit. Non pas de la main de Spinoza, mais de celle de son ami Pieter van Gent, qui l’aurait copié sur le texte de l’auteur en 1675. Ce manuscrit a ensuite été remis à Niels Stensen (Sténon), sans doute par l’intermédiaire de Tschirnhaus. Stensen, ancien ami de Spinoza converti au catholicisme en Italie, célèbre notamment par son Discours sur l’anatomie du cerveau, a livré le texte à l’Inquisition, et c’est au cours du XXe siècle (en 1922) qu’il passa des archives de l’Inquisition à la Bibliothèque Vaticane. Il n’y fut découvert que récemment, par l’historien et philosophe néerlandais Leen Spruit, qui va l’éditer en collaboration avec la spinoziste italienne Pina Totaro.

Les variantes de ce manuscrit fourniront un matériau supplémentaire pour l’édition de l’Ethique en préparation aux PUF, dans un texte établi par Fokke Akkerman et Piet Steenbakkers (à paraître en 2012).


Voir :
- Sur l’édition des Opera Posthuma :
Piet Steenbakkers Spinoza's Ethica from manuscript to print: studies on text, form and related topics, Van Gorcum, Assen 1994
- Sur Pieter van Gent :
Wim Klever : “La clé d'un nom : Petrus van Gent (et Schuller) à partir d'une correspondance” (Cahiers Spinoza, n°6)
- Sur Sténon :
Sténon : Discours sur l’anatomie du cerveau (1669), présenté et annoté par Raphaële Andrault, Classiques Garnier, 2009.

Avatar du membre
bardamu
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 1024
Enregistré le : 22 sept. 2002, 00:00

Messagepar bardamu » 28 mai 2011, 15:30

Complément d'information :
pour les impatients, le texte devrait être publier dès août chez cet éditeur en anglais et latin : http://www.brill.nl/vatican-manuscript-spinoza-s-ethica

Avatar du membre
Epictete
passe occasionnellement
passe occasionnellement
Messages : 21
Enregistré le : 19 mars 2011, 00:00

Messagepar Epictete » 31 mai 2011, 06:03

....c'est étrange, nous venons d’apprendre il y a seulement quelques jours la découverte de ce manuscrit et les Editions Brill sortent déjà sa reproduction avec un appareil critique important pour le mois d'août prochain.
Lorsque l’on sait le temps qu’il faut pour éditer un livre chez Brill il semblerait que la découverte du manuscrit est restée secrète pendant un laps de temps assez important.

Avatar du membre
bardamu
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 1024
Enregistré le : 22 sept. 2002, 00:00

Messagepar bardamu » 31 mai 2011, 08:52

Epictete a écrit :....c'est étrange, nous venons d’apprendre il y a seulement quelques jours la découverte de ce manuscrit et les Editions Brill sortent déjà sa reproduction avec un appareil critique important pour le mois d'août prochain.
Lorsque l’on sait le temps qu’il faut pour éditer un livre chez Brill il semblerait que la découverte du manuscrit est restée secrète pendant un laps de temps assez important.

Salut,
D'après cet article, Leen Spruit a découvert la dernière phrase de l'Ethique dans un scan d'une liste de manuscrits du Vatican en octobre. Il a eu une copie en décembre.
Apparemment, il n'y a pas vraiment de différence de fond dans le texte mais des différences de langue, du genre une forme verbale indicative plutôt que subjonctive. Et il semblerait qu'il soit organisé en 4 parties plutôt que 5.
Une publication en 8 mois, c'est quand même rapide.

A tout hasard, je suis allé voir sur le site du Vatican mais je n'ai rien trouvé sur le sujet. Dommage qu'il n'y ait pas une numérisation du manuscrit.

Avatar du membre
sescho
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 1127
Enregistré le : 30 mai 2002, 00:00
Localisation : Région Centre
Contact :

Messagepar sescho » 01 juin 2011, 20:33

bardamu a écrit :Apparemment, il n'y a pas vraiment de différence de fond dans le texte mais des différences de langue, du genre une forme verbale indicative plutôt que subjonctive. Et il semblerait qu'il soit organisé en 4 parties plutôt que 5.

Serait-ce la version antérieure à la rédaction et la publication du TTP ?

Après la découverte tardive du CT... Notre très cher Benoît Delépine - déjà que le TTP se lit comme un roman à suspense ; mais cela bien sûr n'est rien en regard de la profondeur de son esprit - nous ménage des surprises encore aujourd'hui... Quel Homme !

Passionnant ! (excusez...)

Amicalement
Connais-toi toi-même.

Pourquoipas
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 387
Enregistré le : 30 déc. 2003, 00:00

Messagepar Pourquoipas » 04 sept. 2011, 19:25

Bonjour à tous,

Venant d'acquérir cet ouvrage, j'ai vu effectivement qu'il y a peu de différences entre la version publiée et ce manuscrit de 1675, dû à Pieter van Gent, ami de Spinoza, sans doute pour le faire circuler parmi ses amis. Tout laisse penser que Tschirnhaus le reçoit à l'été 75 et le confie en juillet-août 77 à Niels Stensen (Nicolas Sténon), qui avait connu Spinoza aux Pays-Bas au début des années 1660. Cela montre en fait que l'Ethique est achevée (en 5 parties) à l'été-automne 1665, i.e. un an et demi avant la mort de son auteur.
Ce Sténon est un personnage fort intéressant : d'origine danoise, luthérien, il fut un grand anatomiste et le fondateur de la géologie et de la science des fossiles (pour un aperçu, voir le Wikipedia à son nom). Spinoza possédait d'ailleurs ses ouvrages scientifiques en latin (Musculi descriptio geometrica, 1667 - Prodromus de solido intra solidum naturaliter contento ["Prodrome sur le solide naturellement contenu dans le solide", i.e. les fossiles], 1669).
D'autre part, il se convertit au catholicisme à Florence en 1667, puis devint prêtre et évêque, n'ayant de cesse d'essayer de convertir à "la vraie foi" ses anciens amis et coreligionnaires (c'est lui semble-t-il qui convertit en 1673 Albert Burgh, qui écrivit à Spinoza la lettre qu'on connaît - et qui, auprès de Sténon, est vraiment une petite pointure). D'ailleurs Sténon écrivit à Spinoza une lettre ouverte à la même époque que Burgh (1675) (la publia du moins - car il semble que Spinoza ne l'ait jamais lue). Et c'est lui qui livra à la Très Sainte Inquisition ce manuscrit récemment découvert...
Voici ce qu'en dit Leibniz, avec raison : « Il était grand anatomiste, et fort versé dans la connaissance de la nature, mais il en abandonna malheureusement la recherche, et d'un grand physicien il devint un théologien médiocre. » Ce qui montre, en passant, que la connaissance du second genre, en laquelle Sténon était passé maître, ne conduit pas nécessairement à la béatitude spinoziste...

Je me permets de vous transmettre dans un second message la traduction anglaise du texte (italien) de sa dénonciation auprès du Saint-Office. Ici je vous donne la trad du 2e §, qui montre que Spinoza s'intéressait fort aux recherches sur le corps humain - ceci en rapport avec le fil "L'esprit selon Spinoza" et le problème des relations corps-esprit (âme, mental) - et que, si Spinoza n'a rien dit de ses propres réflexions à Sténon, c'est probablement par une prudence plutôt bien venue, comme la suite de l'histoire l'a montré.

Sténon, dans sa dénonciation auprès du Saint-Office le 4 septembre 1677, a écrit :Il y a environ quinze ou seize ans [1661-1662], quand j’étudiais à Leyde en Hollande, j’eus l’occasion de me lier à Spinoza hébreu de naissance, mais ne professant aucune religion, dont je n’avais à l’époque qu’une connaissance confuse des doctrines. Après avoir quitté l’école rabbinique où il avait étudié quelque temps, il entreprit, grâce à un certain van Enden, suspect d’athéisme, et à l’enseignement de la philosophie de Descartes, de développer une philosophie de son cru, où il expliquait tout par la matière seule. Et bien que à cette époque il venait tous les jours chez moi pour voir les recherches que je menais sur l’anatomie du cerveau à partir de plusieurs animaux afin de trouver le siège du principe du mouvement et de la terminaison des sensations, Dieu m’a néanmoins préservé de sorte qu’il ne m’a jamais expliqué aucun de ses principes. En fait, Dieu s’est servi de moi pour lui donner une occasion de s’humilier, d’abord dans l’anatomie du cerveau, en lui montrant que ni ma main avec le scalpel ni son esprit avec son acuité n’arrivaient à déterminer aucune chose, ensuite avec certaines expériences concernant le cœur et les muscles, où Dieu m’a montré le vrai mode de la nature, me donnant l’occasion de confondre les mensonges posés par ces esprits comme vrais et de reprendre leur fausse présomption avec l’argument suivant : s’ils ont échoué dans ces choses si faciles, quelle certitude me donnent-ils de ne pas s’être trompés dans les choses difficiles ? De toute évidence Dieu voulait réduire l’estime que je commençais à éprouver pour eux, afin que je ne suive pas leurs erreurs et pour me disposer à la grâce de la foi qu’il me tenait préparée.
Modifié en dernier par Pourquoipas le 04 sept. 2011, 22:51, modifié 3 fois.

Pourquoipas
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 387
Enregistré le : 30 déc. 2003, 00:00

Messagepar Pourquoipas » 04 sept. 2011, 19:32

Scans de la traduction anglaise de la dénonciation (écrite en italien) par Sténon de la philosophie de Spinoza auprès du Saint-Office, le 4 septembre 1677 :

Image
Image
Image
Image
Image

PS - Je viens de m'apercevoir que nous sommes aujourd'hui le 4 septembre ! (soit 334 ans après), et, promis-juré, je vous assure que je ne l'ai pas fait exprès ! :)

Avatar du membre
bardamu
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 1024
Enregistré le : 22 sept. 2002, 00:00

Messagepar bardamu » 05 sept. 2011, 18:41

Pourquoipas a écrit :PS - Je viens de m'apercevoir que nous sommes aujourd'hui le 4 septembre ! (soit 334 ans après), et, promis-juré, je vous assure que je ne l'ai pas fait exprès ! :)

Diable ! 334, l'âge du Christ à sa mort multiplié par 100. C'est un signe ! :twisted:
Sinon, je trouve qu'il résume pas trop mal Spinoza, horrible débauché amateur de bière.


Retourner vers « Actualités »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité