Fils d'information

De Spinoza et Nous.
Aller à : Navigation, rechercher

Cette page présente les dernières publications présentes sur des sites intéressants pour la pensée de Spinoza.

Sommaire

Google actualités

Vivre Spinoza

Articles récents

Commentaires récents

La philosophie au sens large

Articles récents


HyperSpinoza

Revue Multitudes

L’article Consulter les oeuvres de Brook Garru Andrew est apparu en premier sur multitudes.

]]>

Prendre en compte le Trou Colonial Les collages de Brook Garru Andrew

Au cours de l’année 2020, Brook Garru Andrew a travaillé dans son studio de Melbourne sur une nouvelle série de collages. Ce travail fut initié à la fois par un gros titre de journal de 2019 « Cette année, soyez préparés », qui semblait annoncer les épreuves de la pandémie à venir, et par un livre du […]

L’article Prendre en compte le Trou Colonial
Les collages de Brook Garru Andrew
est apparu en premier sur multitudes.

]]>

La chute de la Maison TrumpUn point d’orgue au populisme ?

Trump n’avait pas été réélu en novembre 2020. Il a laissé planer le doute sur son départ le 16 janvier, jusqu’au bout. Si 47 % des électeurs républicains ne croient pas que les élections ont été truquées, 48 %, une très courte majorité, donc pas loin de 35 millions d’électeurs, le croient eux, dur comme fer. Coup d’État pour un […]

L’article La chute de la Maison Trump
Un point d’orgue au populisme ?
est apparu en premier sur multitudes.

]]>

Entretien avec Brook Garru Andrew par Alexie Glass-Kantor Les matériaux

Conversation à l’occasion de l’exposition This Year de Brook Garru Andrew à la Roslyn Oxley9 Gallery, Sydney, Australie, le 7 octobre 2020. Alexie Glass-Kantor : Votre pratique depuis plus de 25 ans a consisté à faire converger et juxtaposer l’anthropologique, l’historique, les cultures populaires et visuelles, pour repenser et subvertir les structures existantes et les paradigmes de pouvoir, en les repensant de […]

L’article Entretien avec Brook Garru Andrew par Alexie Glass-Kantor
Les matériaux
est apparu en premier sur multitudes.

]]>

La Marche des Solidarités Itinérance et alliance

Porte Saint-Denis à Paris, « la Marche des Solidarités », fête le 18  décembre, anniversaire de la journée où fut adoptée par l’OIT la Convention internationale sur « la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille » : résolution 45/158 du 18  décembre 1990. 20 ans après, en 2020 les objectifs de la […]

L’article La Marche des Solidarités
Itinérance et alliance
est apparu en premier sur multitudes.

]]>

La nuit d’après Lecture critique du couvre-feu

Pendant des années, on a rappelé que la première liberté supprimée par les autorités en cas de crise était celle de circuler la nuit. On citait les coups d’État, les guerres ou les mesures d’exception accompagnant certaines manifestations altermondialistes comme le sommet de Seattle. C’était toujours loin, dans un autre contexte ou avant. Jamais ici […]

L’article La nuit d’après
Lecture critique du couvre-feu
est apparu en premier sur multitudes.

]]>

Le  mythe de la  charge  maximale Migrations mondiales et  « capacité  d’accueil » de  l’État  nation

Le mythe de  la  charge maximale
Migration mondiale et  « capacité d’accueil » de  l’État‑ nation
Cet article propose la critique d’un concept relativement nouveau en jeu dans la détention et l’exclusion des migrants « irréguliers », à savoir que l’État-nation a une « capacité d’accueil » limitée et objective quant à l’accueil des étrangers –  une capacité qui, lorsqu’elle est dépassée, justifie une défense militarisée. Distincte des rationalités gouvernementales plus explicitement racistes qui ont sous-tendu les premiers quotas d’immigration aux États-Unis, la notion de « capacité d’accueil » nationale a une logique propre dans laquelle écologie et économie sont rendues fatalement inextricables. L’expression « charge maximale » d’un territoire donné s’est développée dans le contexte de l’environnementalisme américain comme moyen de régulation des populations de gibier non humain et s’est ensuite transformée en un langage pour évaluer le potentiel des marchés émergents. La théorie de Freud sur les blessures psychiques commence par postuler par contre une « capacité de réception » infinie [Aufnahmefähigkeit] propre au système perceptif humain –  une capacité illimitée à accueillir ce qui est extérieur, qui est à la fois la condition d’origine de la vie incarnée et ce qui doit être géré et régulé pour survivre. Les spéculations de Freud dans Au-delà du principe de plaisir aident à dissoudre une conception mythopoétique de la Vie qui est depuis devenue centrale dans l’imaginaire racial anti-immigrant.

The Myth of What We  Can Take In
Global Migration and the “Receptive Capacity” of  the  Nation-State
This article offers a critique of a relatively new concept that works to sanction the detention and exclusion of “irregular” migrants — namely, that the nation-state has a finite and objective “receptive capacity” for taking in foreigners, which, when surpassed, warrants militarized defense. Distinct from the more explicitly racist governmental rationalities that underwrote the inaugural immigration quotas in the United States, the notion of a national “receptive capacity” has a logic of its own in which ecology and economy are made fatally inextricable. Conceptions of a given territory’s “carrying capacity” developed in the context of American environmentalism as a means of regulating nonhuman game populations and subsequently transformed into a language for assessing the potential of emerging markets. Freud’s theory of psychic injury begins by postulating an infinite “receptive capacity”[Aufnahmefähigkeit] proper to the human perceptual system — an unbounded ability to take in what is external that is both the originary condition of embodied life and that which must be managed and regulated in order to survive. Freud’s speculations in Beyond the Pleasure Principle index and help to dissolve a mythopoetic conception of Life that has since become central to the anti-immigrant racial imaginary.

L’article Le  mythe de la  charge  maximale
Migrations mondiales et  « capacité  d’accueil » de  l’État  nation
est apparu en premier sur multitudes.

]]>

La révolution poursuivie par la fuite

La révolution poursuivie par la fuite
L’émergence d’un capitalisme financier et décentralisé questionne le schéma traditionnel de la lutte de classes tout en brouillant les traits d’un « ennemi » commun contre lequel il faudrait lutter. Le mouvement devient ainsi un atout essentiel de l’économie tandis que se fait jour un peu partout un enfermement progressif des populations, enfermement qui se traduit aussi par une vraie difficulté à concevoir des modes de vie alternatifs au niveau de l’imaginaire. Nous présentons ainsi quelques réflexions sur les avantage stratégiques existants à fuir à travers des exemples philosophiques, sociologiques et contemporains, dans l’objectif de tracer les contours théoriques d’un contre-pouvoir efficace au néolibéralisme.

The Fugitive Chase of the Revolution
The upbringing of a financial and decentralized capital, which multiplies centers of power and decisions, complicates the class struggle analysis by hiding the stated and recognizable opponent to fight against. Movement and flexibility become the main features of the modern economy whereas populations are progressively “confined” around the world, a fact that one can also see at a psychological level in the difficulties to imagine new politics and ways of life. Through philosophical, sociological and historical examples, we try to define escape as a new theoretical paradigm of social change and an efficient counter-power to neoliberalism.

L’article La révolution poursuivie par la fuite est apparu en premier sur multitudes.

]]>

Esthétiques à échelles à frictions

Même si l’hégémonisme de Netflix est repoussante, spectateurs et spectatrices reconnaissent que la globalisation des productions de série n’ôte rien au génie des scénaristes et que Netflix déploie des trésors de stratégie pour adapter son offre d’un coin de la planète à l’autre. Les jugements esthétiques sont aux prises avec des questions d’échelles de diffusion, […]

L’article Esthétiques à échelles à frictions est apparu en premier sur multitudes.

]]>

Vers une théorie de la non-scalabilité

Vers une théorie de  la  non-scalabilité
Peut-on changer d’échelle sans changer de nature ? Sans doute quantité de phénomènes sont altérés quand on étend leur domaine d’exercice : il y a plus qu’une différence de taille entre un jardin de quelques mètres carrés et un alignement de serres sur plusieurs hectares. La modernité coloniale s’est distinguée par cette sorte de foi en la « scalabilité » de la production. Son modèle est la plantation esclavagiste : un système fondé sur l’exploitation de vivants humains et non-humains qu’on coupe de leur racine et de leur environnement natif. La logique des « économies d’échelle », la logique de l’expansion emprunte son idéologie à cette histoire et c’est pourquoi il est nécessaire de lui opposer un antidote : la description et l’invention de mondes non-scalables, où les agents ne sont pas interchangeables, où les réseaux de dépendance sont locaux, situés, et mutuellement transformateurs pour ceux qui y vivent et ceux qui en bénéficient.

Towards a Theory of  Non-Scalability
Is it possible to change the scale of an activity without changing its nature? There is no doubt that a lot of phenomena change when we change their domain of extension. There is more than a difference of size between a garden of a few square meters and the alignment of greenhouses in a field of several hectars. Colonial modernity was remarkable in its desire for the scalability of production, and its model was the slavery-based Plantation: a system founded on the exploitation of human and non-human beings that are cut from their roots and their native environments in order to be extractible. The logic of economies of scale, the logic of expansion borrows its ideology to this history, and it is one of the reason it is necessary to oppose an antidote to it: the description and invention of non-scalable worlds, where agents are not interchangeable, where networks of dependance are local, situated and transformative for those who live in them and those who benefit from them.

L’article Vers une théorie de la non-scalabilité est apparu en premier sur multitudes.

]]>


Amis de Spinoza

Error: It's not possible to get http://www.spinozaeopera.net/rss...


Spinoza.fr


    Articles récents

    Error: It's not possible to get http://spinoza.fr/feed.php...

    Commentaires récents


      Outils personnels
      Espaces de noms
      Variantes
      Actions
      Découvrir
      Œuvres
      Échanger
      Ressources
      Boîte à outils