Pour en revenir au Dieu de Spinoza.

Questions et débats touchant à la conception spinozienne des premiers principes de l'existence. De l'être en tant qu'être à la philosophie de la nature.
Règles du forum
Cette partie du forum traite d''ontologie c'est-à-dire des questions fondamentales sur la nature de l'être ou tout ce qui existe. Si votre question ou remarque porte sur un autre sujet merci de poster dans le bon forum. Merci aussi de traiter une question à la fois et d'éviter les digressions.
Avatar du membre
Henrique
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 1182
Enregistré le : 06 juin 2002, 00:00
Localisation : France
Contact :

Messagepar Henrique » 15 nov. 2003, 15:33

Cher Yves,
Tu vois ici une contradiction parce que tu sors cette citation d'E1P17S de son contexte. Il faut relire l'ensemble de ce scolie pour bien le comprendre. Spinoza dit "si l'entendement appartient à l'essence de Dieu..." alors il n'a rien de commun avec notre entendement, dont il doit pourtant être par ailleurs la cause, ce qui sert justement à montrer, contre Leibniz notamment, qu'attribuer l'entendement à l'essence ou nature de Dieu, est absurde. On ne pourrait alors comprendre pourquoi nous comprenons quoique ce soit. Ce que ce scolie démontre par l'absurde, c'est que l'entendement de Dieu est un mode et non un attribut de Dieu, autrement dit que Dieu produit toute choses au moment même où ils les comprend toutes, non auparavant comme ce serait le cas si l'entendement faisait partie de son essence. Par conséquent, notre entendement est lui-même un mode fini de ce mode infini qu'est l'entendement de Dieu.

Pour répondre à ton autre question, Spinoza emploie tantôt le terme de nature pour désigner celui d'essence en général, tantôt pour désigner l'essence de tout ce qui existe (la substance, la nature naturante), tantôt pour désigner l'ensemble de tout ce qui existe (la nature naturée). Cette identité d'usage se justifie parce qu'il n'y a pas d'essence sans qu'elle soit essence de quelque chose d'existant et qu'il n'y a entre la nature naturant et la nature naturée qu'une distinction de raison, pour les besoins de l'analyse.


Retourner vers « L'ontologie spinoziste »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité