Un peu de poésie...

Questions et débats d'ordre théorique sur les principes de l'éthique et de la politique spinozistes. On pourra aborder ici aussi les questions possibles sur une esthétique spinozienne.
Krishnamurti
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 401
Enregistré le : 22 juin 2002, 00:00

Messagepar Krishnamurti » 19 sept. 2002, 14:12

Avant de retrouver le temps de relire Spinoza :wink:

Bobin encore...:

''Spinoza, il est difficile de ne pas l'aimer... On a rarement écrit aussi près de l'amour de la terre. On a rarement pensé aussi près du silence. Vous prenez le grand livre de Spinoza, "L'Ethique", vous le secouez sur votre table et ce sont des dizaines de fleurs des champs qui tombent sur la table. "Plus on connaît les choses simples et plus on connaît Dieu", "l'amour est une joie qu'accompagne l'idée d'une cause extérieure", et tellement de stellaires, de bleuets, de campanules... Ce n'est plus un livre, c'est une terre ruisselante de lumière et de vent. Mais la forme même, la forme philosophique, ne me semble pas indispensable pour arriver à rassembler un si beau bouquet. Un enfant de quatre ans trouvera très bien ces trésors qu'un universitaire, par chance, par exception, ne fera qu'entrevoir.''



Christian Bobin. Entretiens avec Charles Juliet [i]La merveille et l'obscur[/i], Editions Paroles d'aube (épuisé).

Avatar du membre
infernus
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 39
Enregistré le : 25 août 2002, 00:00
Localisation : Paris

Messagepar infernus » 19 sept. 2002, 17:29

ahaha c'est exact, l'enfant a cette candeur, virginité du regard qui lui permet de s'emerveiller des choses de la vie... Il est, avant sa construction 'psycho-sociale', dépouillé de toute etiquette, representation collective et grégaire, nous naissons artiste finalement... Aussi pouvons-nous nous demander si la philosophie n'est pas un moyen détourné des oeuvres malades de la vie pour supporter celle-ci, mais c'est avec des penseurs comme Spinoza ou Nietzsche que l'on peut repondre qu'une intellection de la vie peut et doit être à son service, apprecier sa beauté et sa force. Et ce souffle, on le sent dans l'Ethique malgré une forme 'géometrique', 'rationalisante', c'est dailleurs là toute la grandeur de Spino qui a eu la force d'aimer la vie comme un trésor à une époque ou le 'vouloir-mourir' prédomine dans occident.


Retourner vers « Ethique, esthétique et Politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité