Whitehead

Ce qui touche de façon indissociable à différents domaines de la philosophie spinozienne comme des comparaisons avec d'autres auteurs, ou à des informations d'ordre purement historiques ou biographiques.
Sino-Paz
passe par là...
passe par là...
Messages : 3
Enregistré le : 21 janv. 2014, 15:22

Whitehead

Messagepar Sino-Paz » 21 janv. 2014, 15:32

Bonjour,

Comment interpréter cette citation de Whitehead ( page 199 de "Procès et réalité" ) dans le cadre de la pensée de Spinoza:
" l'immanence de Dieu donne des raisons de croire que le pur chaos est intrinsèquement impossible. À l'autre extrémité de l'échelle, l'immensité du monde contredit la croyance en la possibilité d'établir un degré d'ordre tel qu'il interdise tout progrès ultérieur. "

Merci pour vos commentaires

LB

Avatar du membre
sescho
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 1127
Enregistré le : 30 mai 2002, 00:00
Localisation : Région Centre
Contact :

Re: Whitehead

Messagepar sescho » 21 janv. 2014, 17:22

Ainsi qu'indiqué dans la Charte de ce forum, participer à celui-ci implique ... de participer... ; c'est à dire de fournir un minimum de travail (qui est aussi le bénéfice par lui-même.)

Quelles pistes avez-vous dégagées concernant la question ?
Connais-toi toi-même.

Sino-Paz
passe par là...
passe par là...
Messages : 3
Enregistré le : 21 janv. 2014, 15:22

Re: Whitehead

Messagepar Sino-Paz » 21 janv. 2014, 18:21

Bonjour,

Je n'ai pas forcement toutes les connaissances nécessaires pour une discussion approfondie,néanmoins je me lance: d'après ce que je comprends la première phrase est tout à fait Spinoziste: Immanence, et refus du "chaos" qui ne résulterait que d'une compréhension inadéquate de la Substance ( Dieu) par les modes ( l'humanité ). Puisque tout ce qui est, existe nécessairement, donc pas de place pour le hasard ni le chaos.
C'est la deuxième phrase qui m'interpelle, car peut on parler de "progrès ultérieur" sans sortir du cadre Spinoziste ? est ce que cela implique une sorte d'imperfection, d'une incomplétude au niveau de la "Nature Naturante" ? ou alors fait il référence aux modes ou à la "Nature naturée", qui inclue les modes bien évidement.
Voilà ou j'en suis.

Bien à vous

LB

Avatar du membre
sescho
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 1127
Enregistré le : 30 mai 2002, 00:00
Localisation : Région Centre
Contact :

Re: Whitehead

Messagepar sescho » 21 janv. 2014, 19:01

Ceci me semble assez juste.

Pour Spinoza, tout est une manifestation de Dieu-Nature, lequel est entièrement déterminé "par lui-même"' et ne saurait donc changer de nature (ce qui est en soi ne peut affirmer sa propre négation...) Autrement dit, "rien ne vient de rien" est une vérité éternelle. Ce qui est EST, éternellement. Bref si l'on entend par "chaos" que de l'être puisse sortir du néant (rien que de le dire, on sent le problème : l'être est, le non-être n'est pas), c'est fondamentalement anti-spinozien.

Pour la seconde phrase, ce me semble devoir être subordonné à ce que Whitehead entend exactement par les mots qu'il emploie. Il peut parler seulement de ce dont le mode humain est capable. Dans ce cadre, quand bien même il ait une vision absolument claire de Dieu-Nature et de son immutabilité globale, il appartient à la manifestation (tout mouvement, et tout mode subséquent, lui compris donc), n'en est qu'une partie limitée irréductiblement dépassée par l'ensemble. Dans ce cadre, il manifeste à la fois la liberté de Dieu-Nature (dont la nature immuable n'est contrainte par rien) qui s'incarne en lui, mais aussi la "découverte" que lui impose la liberté de Dieu-Nature qui ne s'incarne pas en lui. Jamais il ne dépassera ses propres limites, et il en a forcément. Dans ce cadre, au moins jusqu'à reconnaître absolument ces limites (le Mystère), tout "progrès" est possible, et même inévitable.
Connais-toi toi-même.

Sino-Paz
passe par là...
passe par là...
Messages : 3
Enregistré le : 21 janv. 2014, 15:22

Re: Whitehead

Messagepar Sino-Paz » 28 janv. 2014, 10:46

Bonjour,

Votre réponse me force à aller plus loin dans mes réflexions. Comment concilier l'extraordinaire puissance de la Substance avec le concept "d'immobilité", vu sous un angle critique comme formulé par Hegel et d'autres ?
Whitehead reprend ailleurs dans "Procès et réalité" le concept de "'Apeiron" d'Anaximandre, mais si je vous suis, je crains qu'il le voit sous un angle "limité" puisqu'il parle de progrès possible.
Si nous ramenons cette discussion au plan physique,et si je comprends bien Spinoza la métaphysique ne peut que être réelle donc aussi "étendue"…… l'Univers tel que nous le percevons et connaissons par ses lois, évolue et se transforme, donc cela ne serait qu'une partie, peut être infime,de quelque chose vraiment infinie et donc impossible d'être perçue et comprise par nous,scientifiquement parlant ( la théorie du "big bang" si elle s'avère juste ne serait qu'une face de la Substance qui en contiendrai une infinitude des "big bangs" ? ).
Pour finir: Plus les connaissances scientifiques progressent ( deuxième genre de connaissance ) plus on aurait accès à l'idée de l'infini et de l'éternité mais seulement compris de façon adéquate par le troisième genre: la science intuitive.
Et donc les limitations que nous imposons à la Natura Naturans proviennent de nos propres limites et d'une certaine arrogance que nous avons face à cette Nature,et tant que les philosophes e les scientifiques n'auront pas intégré cela je crains que l'on persistera dans une sorte d'illusion d'être " un empire dans un empire".
Je suis certainement confus dans mes formulations……qu'en dites vous ?

Cordialement
LB


Retourner vers « Questions transversales »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Yahoo [Bot] et 1 invité