L'essence et l'ADN

Questions philosophiques diverses sans rapport direct avec Spinoza. (Note pour les élèves de terminale : on ne fait pas ici vos dissertations).

Avatar du membre
Alexandre_VI
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 257
Enregistré le : 26 mai 2008, 00:00

L'essence et l'ADN

Messagepar Alexandre_VI » 23 juil. 2012, 00:41

L'essence, et en particulier la nature humaine, est une pure construction mentale, il n'y a rien dans la réalité qui lui corresponde. Ce qui existe, c'est la molécule d'ADN, qui rend compte de ce qu'il y a de commun entre tous les humains et de ce qui les différencie des animaux.

Qu'est-ce qu'un humain? La seule chose qui se présente à notre analyse, ce sont des molécules organisées de façon hiérarchique et des phénomènes psychiques. Il n'y a pas d'âme ou d'essence que l'on puisse saisir.

On comprend que les philosophes aient cru en l'essence, puisqu'ils ne connaissaient pas les mécanismes de l'hérédité. Aujourd'hui on les connaît, donc on peut se débarrasser de l'essence. Elle ne sert à rien. Elle n'ajoute rien à l'ADN.

Avatar du membre
bardamu
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 1024
Enregistré le : 22 sept. 2002, 00:00

Re: L'essence et l'ADN

Messagepar bardamu » 23 juil. 2012, 14:56

Alexandre_VI a écrit :(...) Aujourd'hui on les connaît, donc on peut se débarrasser de l'essence. Elle ne sert à rien. Elle n'ajoute rien à l'ADN.

Quelle bonne idée ! Commençons d'ailleurs par dissoudre tout un chacun en un petit tas d'ADN dans une éprouvette, puisque c'est tout ce qu'il est...
Par contre, il va y avoir un problème quand le dernier des humains devra s'auto-dissoudre. Faudrait prévoir une machine autonome pour faire le boulot. Peut-être même qu'on pourrait en faire une suffisamment intelligente pour qu'elle se demande quelle est sa nature, son essence. Qu'est-ce qu'elle pourrait bien produire comme définition d'elle-même ? Certainement pas se définir comme ADN, peut-être comme assemblage électronique, et peut-être même comme assemblage électronique et logiciel d'intelligence artificielle qu'elle appellerait "son esprit", "son âme", "sa culture".
Et puis l'une d'elle viendrait dire que cette notion de "logiciel" ne sert à rien, qu'au fond on peut en rester aux distributions magnétiques sur un disque dur et aux agencements de circuit d'un processeur. Et alors, une autre particulièrement inventive arriverait un jour toute contente : "eh les filles, regardez, j'ai fait une machine organique, à base de matériaux biologiques, avec un truc que j'ai appelé "cerveau" et qui joue le rôle de notre processeur, de notre disque dur etc. C'est dingue non ? Ca marche sans être branché sur une prise, même pas besoin de fil électrique !".

Avatar du membre
Alexandre_VI
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 257
Enregistré le : 26 mai 2008, 00:00

Messagepar Alexandre_VI » 23 juil. 2012, 15:44

à bardamu,

Où veux-tu en venir? :?

Avatar du membre
Alexandre_VI
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 257
Enregistré le : 26 mai 2008, 00:00

Messagepar Alexandre_VI » 23 juil. 2012, 17:31

L'essence est l'asile de l'ignorance!

Avatar du membre
bardamu
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 1024
Enregistré le : 22 sept. 2002, 00:00

Messagepar bardamu » 23 juil. 2012, 19:09

Alexandre_VI a écrit :à bardamu,

Où veux-tu en venir? :?


Je ne sais pas trop étant donné que je ne sais pas trop où voulait aller ton message...

Répondre à la question "qu'est-ce qu'un humain ?", c'est pour 99% des gens dire ce qu'est la nature humaine, son essence. On peut vouloir dire que la nature humaine est dans son ADN mais dans ce cas il ne faut pas dire que l'essence est une pure construction mentale puisqu'on la met dans l'ADN. Etre humain = être un certain ADN = avoir un certain ADN pour essence, c'est la même chose dans le langage commun.

Et pour 99% des gens, "âme" signifie "phénomène psychique", donc on ne peut pas dire en même temps qu'il y a des phénomènes psychiques mais pas d'"âme".
Ou alors, par "âme" tu veux parler d'une sorte de fantôme, d'esprit sans corps. Certes, les fantômes n'existent pas mais ce n'est pas pour ça qu'on ne va pas regrouper nos phénomènes psychiques sous le terme "âme" et encore moins que l'essence de l'homme, ce que c'est que d'être humain, doit être renvoyé à l'ADN ou même au corps.

Et comme en même temps tu me semblais mélanger "essence de genre", c'est-à-dire de savoir si on peut définir concrètement une espèce humaine (vs les autres espèces animales) et essence individuelle à quoi renvoie traditionnellement la question de l'âme humaine, j'avoue que je ne sais pas trop où toi-même tu pensais aller.

Ou plutôt, j'ai l'impression que tu te fixes sur les pensées naïves, que tu prends au sérieux l'idée qu'il y aurait une sorte d'âme humaine vivant comme un fantôme pour vaillamment la récuser en affirmant un positivisme matérialo-scientifique que tu synthétises dans "ADN" (sais-tu vraiment ce qu'est l'Acide DesoxyriboNucléique et comment ça marche ?).

Une définition de "essence" : "nature propre à une chose, à un être, ce qui les constitue fondamentalement".

Quand des traditions disent que l'essence de l'homme est son âme, elles veulent plus ou moins dire que l'esprit est l'essentiel pour un humain, que c'est ça qui est important pour définir une humanité. Certains en ont fait une sorte d'objet autonome ("fantôme") pouvant vivre sans corps mais les pensées philosophiques y compris religieuses peuvent voir ça d'une manière plus sophistiquée.

J'ai fait une petite histoire de science-fiction parce que ce thème peut s'y illustrer. Si toute l'organisation de ton cerveau est transférée dans un androïde construit pour avoir les mêmes sensations que toi, est-ce que tu conserves ton identité alors que tu n'as plus d'ADN, plus le même corps ?
C'est quoi qui te définit, ton ADN ou ton esprit ? C'est quoi qui définit "être humain" ? Des comportements ? Des sensations ? Ou bien avoir un coeur, des poumons etc., un ADN ? Tout ça ensemble ?

Et tant que j'y suis, avec ton raisonnement, on pourrait aussi dire que la nature de l'ADN est une pure construction mentale, qu'il n'y a rien dans la réalité qui lui corresponde et renvoyer à un niveau inférieur de physique, dire que ce qui existe c'est des atomes, des mouvements de fluide, des formes d'énergie ou n'importe quelle autre théorisation équivalente de ce qu'on observe (expérience d'extraction d'ADN à faire la maison : à la base, pris tout seul, c'est juste un amas blanchâtre...)

Enfin bon, je ne sais pas trop où tu voulais en venir à moins que tu ne regardes sérieusement ton voisin ou toi-même comme des "ADN". Et si c'est le cas, à la limite, ton corps individuel n'a aucun intérêt, tu le considères comme un accessoire au service de l'ADN, sorte de petit dieu qui l'utilise pour se reproduire.
Et si il s'agit juste d'affirmer que tu ne crois pas aux fantômes, c'est bien mais cela me semble un peu léger pour traiter la question de l'essence humaine, de ce que c'est que d'être humain.

Avatar du membre
Alexandre_VI
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 257
Enregistré le : 26 mai 2008, 00:00

Messagepar Alexandre_VI » 23 juil. 2012, 22:47

Bonjour,

Je ne pense pas que ce que les philosophes anciens (pré-darwiniens) entendaient par essence soit la même chose que l'ADN. L'essence est supposée être une entité métaphysique alors que l'ADN est une macromolécule étudiée par les biologistes et les biochimistes. De plus, alors que l'essence est supposée être identique en chacun, l'ADN présente des variantes (allèles).

J'imagine que si on montrait des autos à des hommes primitifs, ils s'imagineraient qu'il y a une «essence» de l'auto, alors qu'en fait l'auto est un objet artificiel.

De plus, je ne suggère pas un déterminisme génétique. L'environnement a une certaine influence sur le façonnement de l'individu. Mais ultimement, ce qui distingue les humains des autres espèces, c'est l'ADN. Les tentatives faites pour élever un singe comme un humain n'ont pas réussi.

Je ne pense pas non plus que l'homme de la rue identifie l'âme au psychisme. L'âme, c'est un concept métaphysique et religieux, une substance pensante douée d'immortalité et réellement distincte du corps. Tout le monde peut constater en lui une activité mentale, mais l'âme est objet de foi et non de connaissance.

La personne est individualisée à la fois par la portion de matière dont elle est faite* et par l'organisation particulière de cette matière. Les deux choses sont essentielles. Si on n'avait que la matière, on aurait un cadavre. Mais si on reproduisait l'organisation sans qu'il y ait continuité entre l'ancien moi et le nouveau moi, il n'y aurait pas non plus continuité de l'identité personnelle.

* Certes, la matière du corps se recycle durant la vie, mais alors il y a une continuité «biographique» d'un instant à l'autre de l'évolution du corps, et c'est pourquoi il y a aussi possibilité d'individualisation.

En principe on pourrait effectivement décomposer l'ADN en atomes, puis en particules subatomiques, etc... Mais une telle décomposition est-elle vraiment nécessaire pour expliquer l'être humain?

Avatar du membre
bardamu
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 1024
Enregistré le : 22 sept. 2002, 00:00

Messagepar bardamu » 24 juil. 2012, 15:17

Alexandre_VI a écrit :(...) L'essence est supposée être une entité métaphysique alors que l'ADN est une macromolécule étudiée par les biologistes et les biochimistes.
(...) J'imagine que si on montrait des autos à des hommes primitifs, ils s'imagineraient qu'il y a une «essence» de l'auto, alors qu'en fait l'auto est un objet artificiel.


Mais c'est quoi ta définition de "essence" ? A quoi tu te réfères exactement ? Qui dans l'histoire de la pensée a jamais affirmé qu'une essence était une chose réservée aux êtres "naturels" ?

Si on veut se comprendre, le mieux est quand même d'utiliser les mots dans le sens que donne les dictionnaires...

L'essence n'est pas forcément une entité métaphysique, c'est la nature de la chose dont on parle, ce qui fait qu'elle est ce qu'elle est, ce qui lui donne sa singularité, son identité (cf la définition du dictionnaire...). Dans le cadre physico-chimique, l'essence de l'ADN est d'être une macromolécule.
Dans certains courants de pensée l'essence est renvoyée à une entité métaphysique (p. e. les Idées platoniciennes ou pour l'humain l'âme insufflée par Dieu dans la tradition biblique) mais dans d'autres, par exemple l'existentialisme, l'essence, ce que nous sommes, notre identité, se constitue dans l'existence, dans un corps, une histoire etc.

Alexandre_VI a écrit :Je ne pense pas non plus que l'homme de la rue identifie l'âme au psychisme. L'âme, c'est un concept métaphysique et religieux, une substance pensante douée d'immortalité et réellement distincte du corps. Tout le monde peut constater en lui une activité mentale, mais l'âme est objet de foi et non de connaissance.


Il y a plusieurs sens au mot "âme", le sens judéo-chrétien mais aussi le sens littéraire : "Siège de l'activité psychique et des états de conscience de quelqu'un, ensemble des dispositions intellectuelles, morales, affectives qui forment son individualité, son moi profond ; esprit, intellect, cœur, conscience : Connaître l'âme humaine. Avoir l'âme d'un poète."
Dictionnaire Larousse.

Je ne suis peut-être pas assez judéo-chrétien mais personnellement ce n'est que dans ce sens que j'utiliserais le mot "âme".

Alexandre_VI a écrit :En principe on pourrait effectivement décomposer l'ADN en atomes, puis en particules subatomiques, etc... Mais une telle décomposition est-elle vraiment nécessaire pour expliquer l'être humain?

En principe, on pourrait effectivement décomposer le corps humain en organes et puis en tissus, en cellules, en macromolécules dont l'ADN mais une telle décomposition est-elle vraiment nécessaire pour expliquer l'être humain ?

Enfin bon, ça sent le dialogue de sourd vu que ton emploi des mots me semble assez peu en accord avec l'usage commun en philosophie.
Mais est-ce que par hasard tu te focaliserais sur une sorte de lutte contre le judéo-christianisme et tu n'emploierais les mots que dans le sens des croyants pour affirmer un darwinisme et compagnie ?
Si c'est le cas, je ne suis pas sûr que tu sois au bon endroit pour ça.
Spinoza récuse la conception traditionnelles de l'Eglise, il n'y a pas de problème chez lui avec tout ce qu'on voudra affirmer d'après les sciences physiques, et quand il emploie les mots "essence" ou "âme" ("anima" en latin) ou "esprit" ("mens" en latin) ce n'est pas dans le sens de l'Eglise.
Si il dit que les choses ont une essence ou si il parle de l'âme humaine, ça n'a pas grand chose à voir avec une sorte d'entité descendue du Ciel et destinée à l'enfer ou au paradis.

Enfin bon, je ne vois pas trop où tu veux en venir par rapport à Spinoza...


Retourner vers « Questions de philosophie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Exabot [Bot] et 1 invité