Vers une affirmation cohérente du scepticisme

Questions philosophiques diverses sans rapport direct avec Spinoza. (Note pour les élèves de terminale : on ne fait pas ici vos dissertations).

Avatar du membre
bardamu
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 1024
Enregistré le : 22 sept. 2002, 00:00

Messagepar bardamu » 27 juin 2006, 19:25

hokousai a écrit :(...)
Pour l’esprit humain la question de la vérité des idées n’est pas celle de l’existence des objets dont elle sont l 'idée mais celle de la certitude . Nous pouvons bien reconnaître notre corps et ses affects comme existant mais nous n’en avons pas d’ idées adéquates ( claire et distincte ). Spinoza est rationaliste, les idées expriment des raisons , lesquelles sont exprimées après analyse dans les définitions .Les idées peuvent donc être pour l’esprit humain fausses ou vraies .

bien à vous
j-l hokousai

Salut,
E2, 39, scolie a écrit :Je dis expressément que l'âme humaine n'a point une connaissance adéquate d'elle-même, ni de son corps, ni des corps extérieurs, mais seulement une connaissance confuse, toutes les fois qu'elle perçoit les choses dans l'ordre commun de la nature ; par où j'entends, toutes les fois qu'elle est déterminée extérieurement par le cours fortuit des choses à apercevoir ceci ou cela, et non pas toutes les fois qu'elle est déterminée intérieurement, c'est-àdire par l'intuition simultanée de plusieurs choses, à comprendre leurs convenances, leurs différences et leurs oppositions ; car chaque fois qu'elle est ainsi disposée intérieurement de telle et telle façon, elle aperçoit les choses clairement et distinctement, comme je le montrerai tout à l'heure.

Nous n'avons pas d'idée adéquate (du corps ou autre) tant que nous en restons au premier genre de connaissance. Par contre, nous en avons par le 2nd et le 3e genre.
L'idée fausse est une idée mutilée, mais correctement recadrée, elle devient vraie : il suffit de considérer qu'une idée n'est qu'imagination pour qu'elle devienne vraie en tant qu'elle exprime notre puissance d'imagination. Il y a donc une correspondance entre certitude-vérité et doute-fausseté, le passage du doute à la certitude pouvant se faire ne serait-ce que par la certitude du doute : il devient vrai qu'on n'a pas de certitude, et c'est déjà un début de connaissance.

Avatar du membre
nicoG
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 57
Enregistré le : 30 juin 2006, 00:00

Messagepar nicoG » 30 juin 2006, 21:11

Si, quand on a des certitudes, le doute est impossible, ça ne veut pas dire que quand on ne doute pas, on a une certitude. Ce serait un raisonnement fautif.

j'allais en arriver au même point avec cette affirmation de yvemichaud:
pour un sceptique peut il y avoir une certitude?
et bien oui!:
*d" abord l idée que sa "passion" de la vérité le portera tjrs à critiquer constamment toute sorte de systèmes de pensée de sorte de sorte de n avoir jamais de certitudes invariables dans le temps.
*Ensuite l idée qu'un sceptitisme "absolue" ne peut permettre d accéder à une vérité autre peut être éventuellement que le concept de l'existence de dieu (par dieu j entend une entité proche de celle définie par spinoza à ceci près qu elle serait de par son essence même "ce qui est et fait exister" indémontrable). Donc peut être que la seule issue possible du sceptique est un nihilisme pas si éloigné de celui du vieux de la montagne <<rien n est vrai tout est permit>>. ou alors , à l'image du travail des scientiques sur le monde physique, un travail sur les différents courant de pensées dans le but de faire un pas de plus dans notre compréhension des choses.
ps: j ai mit entre guillemets des concepts propres ou à mieux définir.


Retourner vers « Questions de philosophie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité