Le syllogisme est-il une tautologie?

Questions philosophiques diverses sans rapport direct avec Spinoza. (Note pour les élèves de terminale : on ne fait pas ici vos dissertations).

Pourquoipas
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 387
Enregistré le : 30 déc. 2003, 00:00

Messagepar Pourquoipas » 07 juil. 2006, 11:14

La phrase écrite dans le message suivant est vraie.

Pourquoipas
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 387
Enregistré le : 30 déc. 2003, 00:00

Messagepar Pourquoipas » 07 juil. 2006, 11:14

La phrase écrite dans le message précédent est fausse.

Avatar du membre
nicoG
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 57
Enregistré le : 30 juin 2006, 00:00

Messagepar nicoG » 07 juil. 2006, 11:54

oui c 'est vrai à ce moment là le terme de gruyère ne renvoie plus à la même chose.
je raisonnais en terme de volume quand je disais "quantité de gruyère constante" et je ne me suis pas rendu compte qu à partir de ce moment là le terme gruyère ne renvoyais plus à la même notion dans la proposition 2.:roll:
Ceci montre en tout cas qu'une phrase peut tjrs être devellopée dans l optique d'établir une vérité.Aucune n 'est vrai dans l 'absolue: contrairement à ce que j affirmais pour la proposition 1. En effet on peut pour la première proposition objecter, selon l optique de la phrase 2 que plus il y a de gruyère moins il y a de trous.( pour un volume de fromage constant , ou gruyère désigne la matière)
Reste que tu es d'accord avec moi les proposition 1 et 2 ne peuvent s articulées ensemble car elle renvoie à des choses différentes.
cela dit continuons de nous amuser autours de ce délire fromagé avec le syllogisme suivant:

Plus il y a de gruyère, plus il y a de trous
plus il y a de trous, moins il y a à manger
donc plus il y a de gruyère, moins il y a à manger

Là mon raisonnement en terme de volume de gruyère ou de densité de trous me semble plus propice pour expliquer pourquoi la proposition 2 ne peut s articuler avec la une.

Avatar du membre
nicoG
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 57
Enregistré le : 30 juin 2006, 00:00

Messagepar nicoG » 07 juil. 2006, 12:02

à pourquoipas :
selon 1, 2 dit vrai quand il affirme que 1 est faux.
selon 2, 1 dit faux quand il affirme que 1 est vrai.
Système fermé et insondable. oublions

Avatar du membre
nicoG
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 57
Enregistré le : 30 juin 2006, 00:00

Messagepar nicoG » 07 juil. 2006, 12:03

oops j ai merdé:
selon 1, 2 dit vrai qaund il affirme que 1 est faux
selon 2, 1 dit faux quand il affirme que 2 est vrai

Avatar du membre
Miam
participe avec force d'âme et générosité
participe avec force d'âme et générosité
Messages : 946
Enregistré le : 28 févr. 2004, 00:00

Messagepar Miam » 07 juil. 2006, 16:55

Les deux premiers exemples de Nicog relèvent du sophisme et seraient reconnus comme tels par Aristote (in "Réfutations sophistiques"). Dès lors, je ne vois pas comment ils peuvent montrer les limites du syllogisme aristotélicien.

En revanche, l'exemple de "mise en syllogisme" du paradoxe du menteur oublie de spécifier que dire "je mens", bien que conduisant à un paradoxe logique, peut avoir un usage totalement valide dans un discours rhétorique. Aussi peut-on énoncer des paradoxes sans dire de "conneries". D'ailleurs si l'on gratte un peu, même historiquement, l'ontologie naît d'une paradoxologie (sans vouloir fâcher les heidegeriens).

Miam

Avatar du membre
nicoG
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 57
Enregistré le : 30 juin 2006, 00:00

Messagepar nicoG » 08 juil. 2006, 20:43

miam a écrit::
Les deux premiers exemples de Nicog relèvent du sophisme et seraient reconnus comme tels par Aristote (in "Réfutations sophistiques"). Dès lors, je ne vois pas comment ils peuvent montrer les limites du syllogisme aristotélicien.

Si tu te réfères plutôt aux 2 derniers exemples: celui du chat à 9 queues et celui du gruyères, nous sommes d'accord.
Je maintiens en revanche que le syllogisme suivant:-socrate est 1 homme -l'homme est mortel-donc socrate est mortel - ne relève pas du sophisme , à condition qu'il y ait encore un homme du nom de socrate ou qu'on change le temps.
Par contre j aimerai que tu précises comment tu attribues l'étiquette de "sophisme":
Il me semble avoir démontré pourquoi les 2 derniers exemples sont de faux syllogismes, alors que de ton côté tu mets le label de manière arbitraire.

Avatar du membre
nicoG
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 57
Enregistré le : 30 juin 2006, 00:00

Messagepar nicoG » 08 juil. 2006, 22:53

à pourquoipas
En fait si ton système a une solution parfaitement limpide:
selon 1, 2 dit vrai quand il affirme que 1 est faux.=> je suis faux
selon 2, 1 dit faux quand il affirme que 1 est vrai. => je suis vrai
ton système aboutit au système suivant:

Avatar du membre
nicoG
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 57
Enregistré le : 30 juin 2006, 00:00

Messagepar nicoG » 08 juil. 2006, 22:53

je suis faux

Avatar du membre
nicoG
a déjà pris quelques habitudes ici
a déjà pris quelques habitudes ici
Messages : 57
Enregistré le : 30 juin 2006, 00:00

Messagepar nicoG » 08 juil. 2006, 22:53

je suis vrai


Retourner vers « Questions de philosophie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité