Pour vous, le fait de changer est-il dans un sens ne plus être soi-même?

Questions philosophiques diverses sans rapport direct avec Spinoza. (Note pour les élèves de terminale : on ne fait pas ici vos dissertations).

Mehdiattaque
passe par là...
passe par là...
Messages : 1
Enregistré le : 08 nov. 2018, 02:23

Pour vous, le fait de changer est-il dans un sens ne plus être soi-même?

Messagepar Mehdiattaque » 08 nov. 2018, 02:39

Bonjour,

J'aimerai avoir votre analyse formant une forme contradictoire sur cette question que l'on peut ainsi se poser chaque jour. :D
En effet, l'identité personnelle est-elle tout simplement lacunaire et ainsi composée d'un moi inconscient?
Ou cette identité personnelle change-t-elle au fil des années proposant une continuité unique de chacun?
Malgré le changement de notre identité, est ce que notre moi change ou reste toujours le même?
Est-il question de déresponsabilisation voir de conscience de soi?
J'ai un avis assez mitigé sur ce sujet. :|

Avatar du membre
Henrique
participe à l'administration du forum.
participe à l'administration du forum.
Messages : 1177
Enregistré le : 06 juin 2002, 00:00
Localisation : France
Contact :

Re: Pour vous, le fait de changer est-il dans un sens ne plus être soi-même?

Messagepar Henrique » 29 nov. 2018, 00:26

Bonjour Mehdiattaque,
Et quel est cet avis mitigé ?
Le terme d'identité personnelle est trop souvent confondu avec celui de personnalité. On trouvera ainsi facilement l'idée que l'identité personnelle change, ce qui se conçoit pour une personnalité, mais qui n'a aucun sens quand à propos de l'identité personnelle. L'identité, c'est ce qui est le même, c'est-à-dire ce qui ne change pas. Notre identité civile ne change pas, sauf erreur ou cas très particulier : notre date de naissance, notre lieu de naissance, notre nom de famille etc. Notre identité personnelle serait ce qui nous caractérise moralement, intellectuellement et affectivement tout au long de notre vie.
Spinoza admet des changements d'identités, mais c'est comme si l'ancienne personne mourrait et laissait la place à une autre, comme il l'évoque dans la quatrième partie de l'Ethique à propos de l'amnésique ou d'autres pathologies impliquant des changements profonds qui semblent donner lieu à plusieurs identités se succédant dans un même corps.
Henrique Diaz
Ne pas ricaner, ne pas geindre, mais comprendre pour agir vraiment.


Retourner vers « Questions de philosophie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité