Spinozaetnous.org
 Sommaire
 Accueil
 Lire et comprendre
 Présentations
 Définitions
 Oeuvres
 Extraits
 Citations
 Les autres
 Bibliographie
 Wiki
 Réfléchir
 Être
 Connaître
 Être humain
 Bien vivre
 Vivre ensemble
 Actualités
 Discussions
 Forums
 Messages Privés
 Ressources
 Téléchargements
 Liens
 Recherche
· Fil d'info
 Interactions
 Proposer un article
 Journal
 Quizz
 Nous recommander
 Contact
 Infos
 Votre compte
 Statistiques
 Citation de Spinoza
L'amour sensuel, c'est-à-dire le désir sexuel qui naît de la beauté, et généralement parlant tout amour ayant une autre cause que la liberté de l'âme, se change aisément en Haine.
Ethique IV, Chap. 19 de l'appendice.
 Derniers documents
· Nécessité et liberté 
· Bien, mal, éthique 
· Désir, joie et amour, tristesse, béatitude 
· Entendement humain, genres de connaissance, ... 
· Essence, de Dieu, de mode, de genre (?) Abrégé 
· Propriétés 
· Universaux, idées générales, êtres de Raison, ... 
· Régression à l'infini : E1P28 et autres 
· Spinoza - par Alain 
· Plus de documents...
 Chercher dans les oeuvres

 Qui est en ligne ?
Il y a pour le moment 170 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.
Comment parler d'une intuition intellectuelle de l'Etendue ?

GnoséologieRéponse à une objection de Sacha Ghozzi au sujet de l'accessibilité de la vérité.

L'objection :

Tu dis que chez Spinoza, il y a une 'intuition' de l'étendue. Cependant par 'intuition', j'entends, après Kant, la saisie immédiate d'un objet par la Sensibilité, non pas par l'intellect. Or Spinoza critique cette forme de saisie de l'Etendue, qu'il dit relever de l'imagination. Il affirme qu'en revanche, on peut saisir l'étendue aussi par l'intellect, dans quel cas on découvre qu'elle n'est pas divisible. Donc pour conclure, ce que Kant appelle 'espace', Spinoza l'appelle 'idée confuse de l'étendue'. Je ne pense pas qu'il y ait d'intuition de l'étendue, car intuition implique pour moi 'sensibilité', alors qu'étendue implique 'intellect'. Je pose donc la question: comment parler d'une intuition de l' Etendue ?

Réponse :

L'intuition c'est la saisie immédiate d'un objet singulier. Je saisis intuitivement que je pense parce qu'entre penser et penser que l'on pense, il n'y a pas une conséquence transitive mais un rapport d'enveloppement immanent. En d'autres termes, je ne sors pas de mon pouvoir singulier de penser. Ce n'est pas une intuition sensible, mais comme ce qui est pensé, l'objet, n'est pas formellement différent de ce qui pense, le sujet, il y a bien une saisie à la fois immédiate et intellectuelle d'un objet singulier.

De l'intuition sensible à l'expérience vague
Mais quand je perçois de façon uniquement sensible mon corps, il y aura également intuition chez Spinoza, intuition que l'on pourrait qualifier de sensible : 'le corps existe comme nous le sentons' (E2P13, cor.) du fait qu'il est nécessairement et immédiatement ce dont le Mental est l'idée.

Seulement cette intuition brute n'est pas un genre de connaissance à proprement parler, elle ne perçoit aucun lien universel avec d'autres idées. Si maintenant je pense que "mon corps est grand", ce que Spinoza appellerait une expérience vague, je n'ai plus une intuition mais une comparaison "confuse, tronquée et sans aucun ordre" entre mon corps et d'autres. Ce premier genre de connaissance est universel au sens strictement logique où j'affirme que tout Corps d'Henrique est grand, et pour cause, il n'y a qu'un seul Henrique. Mais cela n'en est pas moins une connaissance inadéquate.

Ce n'est donc pas à la sensibilité pure que Spinoza oppose le 2nd genre de connaissance, la raison, et le 3ème, l'entendement intuitif, mais à l'expérience vague qui n'est qu'en apparence intuitive, car elle utilise pour connaître ses objets des imaginations séparées, tronquées, confuses et sans ordre par rapport aux intuitions sensibles brutes (E2P40, sc. 1).

De l'intuition sensible à l'intuition intellectuelle de l'étendue
Quand la pensée est une saisie des propriétés communes à plusieurs corps, elle est ce que Spinoza appelle raison : non parce que nous sortons de la sensibilité mais parce que la pensée se met à comprendre, à prendre ensemble, les intuitions pour les déterminer de façon claire, complète et cohérente. Si donc je pense que tous les corps sont en mouvement ou au repos, j'ai une idée adéquate qui ne permet de penser l'essence singulière d'aucun corps, mais qui n'est pas pour autant une abstraction : chaque corps est concrètement un composé de mouvement et de repos aussi bien que tous les corps le sont, ce qui est dans le tout l'est également dans la partie (E2P37).

Maintenant ce qu'il y a d'absolument commun à tous les corps, ce qui en constitue l'unité intrinsèque, à savoir l'étendue, est à la fois une notion commune et une idée intuitive. En remontant jusqu'au bout de ce qu'il y a de commun entre mon corps et celui d'autres hommes, puis entre mon corps et tous les corps, je passe de la raison à l'entendement intuitif.

En effet, l'étendue est à la fois ce qui est présent dans le tout et la partie et en soi un être singulier, de même d'ailleurs que le sont tous les autres attributs, ou essences de la substance unique. Et pour cause, il n'y a rien de commun entre l'étendue et d'autres attributs de la Nature comme la pensée. L'étendue est donc une totalité en soi, non limitée par d'autres êtres qui seraient à la fois pareils et différents comme le sont les corps, pareils en ceci au moins qu'ils sont étendus et différents par la quantité de mouvement et de repos. C'est donc un objet singulier, en ce sens qu'il n'existe qu'une seule étendue qui est la même ici et là-bas et qu'on ne peut diviser que parce qu'on l'imagine au lieu de la comprendre (en en faisant un objet au même titre que les autres corps, qui eux peuvent être divisés en totalités différenciées par ce qu'elles n'ont pas de commun).

De l'essence absolue de l'étendue à ses affections
Une telle idée est donc intuitive et elle est en même temps intellectuelle en ce sens qu'elle est saisie non pas simplement d'une existence, comme c'est le cas de la sensibilité, mais également d'une essence. La science intuitive ou intellect pur, va "de l'idée adéquate de l'essence formelle de certains attributs de Dieu à la connaissance adéquate de l'essence des choses" : dans le cas de l'étendue, il y a possibilité d'aller de l'essence de l'étendue à elle-même, puisque c'est une chose singulière et d'autre part de l'étendue à l'essence des corps en tant qu'ils en sont chacun des modes uniques.

En ce qui concerne la première possibilité, qui était l'objet de l'objection (comment parler d'une intuition de l'Etendue ?), si je pense que l'étendue est infinie, je pense l'essence même de l'étendue, sachant que rien en dehors de l'étendue ne peut la limiter. Le "sachant que" ici relève d'un raisonnement, qui est un moyen de l'Ethique de purifier l'intellect de l'imaginaire. Mais je puis tout aussi bien comprendre de façon purement intuitive que l'étendue s'affirme absolument en chaque corps : je vois bien cette évidence extrêmement simple qu'aucun corps ne peut se détruire de lui-même, que tout corps conserve autant qu'il est en lui son étendue. Et cette vision n'est plus sensible, car il s'agit ici de ce qu'est l'étendue, son essence, non du fait qu'elle soit, c'est-à-dire son existence. Par la sensibilité, je vois qu'il y a des corps, par la vision intellectuelle, je comprends qu'ils affirment leur existence, qu'ils "occupent le terrain" autant qu'il est en eux de le faire. C'est un 'voir' au sens intellectuel, une saisie immédiate de l'essence de l'étendue comme affirmation du pouvoir d'occuper des dimensions, autrement dit affirmation d'elle-même, par elle-même. Je puis donc sentir l'étendue de l'intérieur même, par son essence.

Autrement dit, quand je sens qu'un corps persévère autant qu'il est en lui dans l'être, ce n'est pas un constat extérieur, relevant de la vue ou d'un autre sens externe, c'est une intuition intellectuelle, une intuition puisque je le saisis immédiatement au lieu de le déduire d'autres principes, et une intuition intellectuelle puisque c'est d'une essence qu'il s'agit. Et quand je sens que l'étendue ne saurait être ce qu'elle est sans s'affirmer absolument, ce qui revient à dire qu'elle est infinie, c'est également une intuition intellectuelle ou un savoir intuitif : je saisis l'étendue de l'intérieur comme affirmation pure de l'extension, ce qui comprend immédiatement son infinité. Et enfin quand je comprends l'effort de persévérer de mon corps ou de tout autre corps comme expression1 de l'essence de l'étendue, c'est aussi un savoir intuitif.

Du savoir à l'ignorance
Mais je peux aussi mêler de l'imaginaire à cette intuition de l'étendue et me représenter qu'elle est divisible. Je n'aurais alors qu'une fort vague intuition de son infinité, d'autant plus que l'usage habituel des mots se prête difficilement à cette intuition assez subtile. C'est pourquoi une réforme ou plutôt une purification de ce qu'il peut y avoir d'imaginaire dans l'intellect est fortement utile.

Mais cette intuition de l'étendue comme essence actuelle et productive n'est pas pour autant réservée à une rare élite. Tout homme y a immédiatement accès, ce ne sont que les médiations imaginaires et verbales qui y font obstacle (voir à ce propos mon commentaire d'E2P45 à 47 dans l'article Eprouver l'amour intellectuel ?). C'est pourquoi Bergson avait raison de dire que "tout philosophe a deux philosophies, la sienne et celle de Spinoza". Tout philosophe a, comme tout homme, cette intuition du caractère fondamentalement dynamique de l'être, et chacun s'efforce de créer un langage, soit pour s'en approcher, soit pour tenter de le refuser, notamment en prenant les mots, auxiliaires de l'imagination, trop au sérieux, en en rigidifiant la signification, en les prenant pour l'être au lieu d'en faire des outils de réflexion.

C'est pourquoi j'ajouterais, en sachant bien que c'est souvent le reproche qu'on croit pouvoir faire à Spinoza, que tout philosophe a d'un côté la philosophie de l'affirmation pure, qui est l'intuition de la vie, de l'autre la tentation kantienne qui, sous prétexte de conscience des limites de la pensée humaine, nous conduit à nous enfermer dans les mots ; et entre les deux, chacun fait ce qu'il peut.

Henrique Diaz

Note

1. Expression : autoaffection immédiate et intrinsèque d'une essence en une autre essence.


 
 Liens connexes
· Plus d'informations à propos de Gnoséologie
· Article transmis par admin


L'article le plus lu à propos de Gnoséologie:
La vérité est-elle accessible ?

 Evaluer l'Article
Moyenne des scores: 4
Votes: 5


Prenez une seconde et évaluez cet article :

Excellent
Très bien
Bien
Normal
Mauvais

 Options

 Format imprimable Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e) Envoyer cet article à un(e) ami(e)


Re: Comment parler d'une intuition intellectuelle de l'Etendue ? (Score : 1)
par ghozzis le 02/10/2003
(Profil Utilisateur | Envoyer un message)
Bonjour Henrique,
Conformément à mon habitude, je ne vais pas etre exhaustif dans ma réponse, mais me contenter de relever quelques points dans ton argumentation qui me paraissent peu évidents.

1/Tu écris:
'Ce n'est pas une intuition sensible, mais comme ce qui est pensé, l'objet, n'est pas formellement différent de ce qui pense, le sujet, il y a bien une saisie à la fois immédiate et intellectuelle d'un objet singulier.'

Face à cela, je ne pense pas que l'on 'pense' le sujet mais qu'on le 'sent'. Par conséquent, je ne crois pas qu'il s'agisse là d'une intuition intellectuelle, mais, au contraire, je pense que celle-ci aussi est sensible.

2/ Tu dis:
'[l'étendue] est donc un objet singulier, en ce sens qu'il n'existe qu'une seule étendue qui est la même ici et là-bas et qu'on ne peut diviser que parce qu'on l'imagine au lieu de la comprendre '
Je comprends bien que l'étendue soit singulière, mais je ne comprends pas qu'elle ne soit pas divisible. Je reconnais que l'idée de l'étendue n'est pas divisible, mais je pense que l'étendue elle meme est divisible!

3/Par ailleurs, tu donnes la définition suivante de l'expression:
'. Expression : autoaffection immédiate et intrinsèque d'une essence en une autre essence.'
Je ne comprends pas ce que c'est qu'une 'autoaffectation'. Une essence s'affecte elle-meme? Qu 'est ce que cela veut dire, surtout 'une essence s'affecte elle-meme en une autre essence (?!)'


Voilà, si tu avais la patiente de répondre à mes doutes, j'en serais ravi!

A bientôt

Sacha




Re: Comment parler d'une intuition intellectuelle de l'Etendue ? (Score : 1)
par Henrique le 23/10/2003
(Profil Utilisateur | Envoyer un message | Journal) http://www.spinozaetnous.org
Je reprends ici la dernière question de Sacha :
j'essaie de comprendre la différence entre l'étendue et l'espace.
Tu me dis, l'étendue n'est pas divisible, l'espace si.
Je te demande maintenant est ce que tu ne veux pas dire plutot 'ce qui est commun à tout espace', cela n'est pas divisible?
Mais si tu dis ca, ne te rends tu pas compte qu'alors tu parles d'une pensée et non plus de ce qui est 'réellement' étendu.
Car 'ce qui est commun' , c'est une abstraction, un concept, donc une pensée.
Et que la pensée soit simple et non divisible, je l'admets aisément!

L'étendue est ce qui est commun à tous les corps. L'espace n'est que l'abstraction d'une étendue qui existerait indépendamment des corps : ce qui reste quand on a tout ôté. Mais en réalité, si on pouvait tout ôter, il n'y aurait pas d'espace, puisque sans corps, il n'y a rien d'étendu.

L'espace, ce n'est qu'une image abstraite de l'étendue, abstraite parce que considérée indépendamment des corps qui l'occupent. En ce sens, ce n'est pas parce qu'il y a de l'espace que les corps sont étendus, mais c'est parce que les corps s'étendent qu'il y a image possible d'un espace comme dimensionnalité vide.

Maintenant, l'idée que l'étendue soit commune à tous les corps est une idée adéquate au sens spinozien : elle est suffisamment déterminée, claire et distincte pour qu'il ne puisse être question d'envisager que dans la réalité, l'étendue puisse ne pas exister dans tous les corps. En d'autres termes, le concept de l'étendue est aussi bien nécessaire du point de vue de la pensée que de la réalité dont ce concept est l'idée. Que l'étendue ne soit effectivement, à elle-seule, l'essence d'aucun être singulier - c'est une notion commune aux corps - n'empêche nullement qu'elle soit l'essence des corps en général. Essence, càd réalité dont on ne peut se passer pour concevoir l'objet dans notre pensée ou hors de celle-ci.

Prenons une abstraction comme le 'concept' d'arbre que je forme à partir d'une multiplicité indéfinie d'arbres. Ce concept est en fait une image schématique qui correspond vaguement autant à ce sapin qu'à ce chêne. Il est évident que l'Arbre ainsi conçu n'existe réellement nulle part. Prenons maintenant l'étendue : elle est concrètement dans ce sapin aussi bien que dans cette pierre ou cet homme. Car si tu poses par hypothèse qu'elle pourrait ne pas y être, tu supposes qu'un corps peut être corporel sans étendue, ce qui revient à poser non plus un corps mais une pensée !

On peut diviser le contenu objectif de l'idée abstraite d'arbre en éléments constitutifs comme les racines, le tronc etc. parce qu'il s'agit d'une idée composite. On peut aussi diviser le contenu objectif de l'idée abstraite d'espace parce qu'on la forme à partir des corps qu'on imagine avoir ôté : l'image qui s'en suit peut alors être déformée indéfiniment en portions d'espace qui correspondraient à des corps 'possibles'. Ainsi les mesures de base de l'espace correspondent comme par hasard à des parties ou des mouvements du corps humain (pouce, pieds, mètre = une enjambée etc.).

Mais on ne peut diviser le contenu objectif de l'idée d'étendue parce que celui-ci est absolument simple, c'est le pur pouvoir de s'étendre de tous les corps.

Une première objection serait 'puisqu'on part des corps pour concevoir l'étendue, n'aboutit-on pas à la même divisibilité que celle de l'espace'. Réponse : à la différence de l'espace, l'étendue n'est pas l'image d'un nombre indéfini de corps laissant un vide, elle est totalement présente aussi bien dans ce grain de sable que dans cette étoile. Le concept d'étendue est adéquat parce qu'il est aussi bien dans le tout que dans la partie, contrairement à l'espace qui est l'image vague d'une totalité indéfinie de portions plus ou moins grandes d'espace (du nanomètre à l'année lumière). L'espace n'est pas le même qu'il s'agisse d'un mètre ou d'un kilomètre, il peut donc être divisé.

L'autre objection possible ici serait 'il y a bien la longueur, la largeur et la profondeur et encore d'autres dimen

Lire la suite du commentaire...






Accueil | Lire et comprendre | Définitions | Oeuvres | Citations | Réfléchir | Téléchargements | Liens
Votre compte | Proposer article | Messages privés | Forum | Rechercher | Quizz | Recommander | Contact

Contenu disponible sous Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 2.0 France, source à citer : www.spinozaetnous.org

Ce site a été réalisé avec la version française de PHP-Nuke, de F.Burzi, sous licence GPL.
http://www.spinozaetnous.org/backend.php

Page générée en: 0.11 Secondes