Spinozaetnous.org
 Sommaire
 Accueil
 Lire et comprendre
 Présentations
 Définitions
 Oeuvres
 Extraits
 Citations
 Les autres
 Bibliographie
 Wiki
 Réfléchir
 Être
 Connaître
 Être humain
 Bien vivre
 Vivre ensemble
 Actualités
 Discussions
 Forums
 Messages Privés
 Ressources
 Téléchargements
 Liens
 Recherche
· Fil d'info
 Interactions
 Proposer un article
 Journal
 Quizz
 Nous recommander
 Contact
 Infos
 Votre compte
 Statistiques
 Citation de Spinoza
Nul ne peut avoir Dieu en haine.
(Nemo potest Deum odio habere).
Éthique
V, prop. 18.
 Derniers documents
· Nécessité et liberté 
· Bien, mal, éthique 
· Désir, joie et amour, tristesse, béatitude 
· Entendement humain, genres de connaissance, ... 
· Essence, de Dieu, de mode, de genre (?) Abrégé 
· Propriétés 
· Universaux, idées générales, êtres de Raison, ... 
· Régression à l'infini : E1P28 et autres 
· Spinoza - par Alain 
· Plus de documents...
 Chercher dans les oeuvres

 Qui est en ligne ?
Il y a pour le moment 148 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.
Ecrivains spinozistes

Ethique et sotériologieH2O a écrit : "A la lecture des nombreux articles publiés sur ce site, je suis frappé par l’absence de lecteurs de Spinoza que je qualifierais de « lecteurs affectifs » et que j’opposerais aux « lecteurs systématiques ». Mais y a-t-il deux lectures possibles de Spinoza ?

Sûrement y en a-t-il une infinité. Et il convient de ne pas les opposer entre elles. Sûrement chaque lecteur de l’Ethique est-il à la fois chercheur de la Vérité du système et comme poussé par les affects qu’il en reçoit. Spinoza a pour moi en tout cas ceci d’extraordinaire qu’ayant reçu de la lecture des scolies de l’Ethique une impulsion unique, il a pour le reste de mes jours allumé un insatiable désir de comprendre en quelle façon, possédant l’idée Dieu, je puis par la seule force de mon esprit parvenir au salut.

Aussi, je souhaiterais apporter ma contribution en transmettant, comme je l’avais fait pour Christian Bobin, quelques passages d’auteurs non-philosophes.

Sûrement chacun d’entre nous connaît-il L’homme de Kiev ayant au moins lu un extrait de ce roman de Bernard Malamud dans l’avant-propos de l’ouvrage de Deleuze Spinoza, philosophie pratique. Quand Henrique nous dit dans la conclusion de son article sur l’amour intellectuel qu’il n’y a rien d’aristocratique dans la possibilité d’éprouver l’amour intellectuel de Dieu, je pense à ce Yakov, menuisier de son état, lisant une Vie de Spinoza durant ses soirées solitaires. Lui aussi a-t-il sûrement perçu que bien que déterminé par une autre chose à exister d’une certaine façon, la force qui le faisait persévérer dans l’existence suivait de la nature de Dieu.

Répondant à une invitation du magistrat qui lui demande d’expliciter sa conception de la philosophie de Spinoza, voici ce qu’il répond :
« Qui sait si j’y arriverai. Peut-être signifie-t-elle que Dieu et la Nature sont une seule et même chose et plus ou moins l’homme aussi, qu’il soit riche ou pauvre. Si vous comprenez que l’esprit de l’homme est partie de Dieu, alors vous le comprendrez aussi bien que moi. En ce sens, si vous êtes dans l’esprit de Dieu, vous êtes libre. Si vous y êtes, vous le connaissez. Mais l’ennui est que vous êtes en même temps enchaîné par la Nature, tandis que Dieu, non, parce qu’il est la Nature. Il existe aussi quelque chose qui se nomme la Nécessité : elle est toujours présente bien que personne n’en veuille mais doive lutter contre elle. Le Dieu de notre shtettel passe son temps à courir de tous côtés, la Loi entre les mains, alors que cet autre Dieu, bien qu’occupant plus d’espace, a somme toute moins à faire. Mais quel que soit celui en qui vous croyez en fin de compte, les choses n’ont guère changé dans le monde si vous n’avez pas de travail. Voilà pour la Nécessité. »(Editions du Seuil, page 76)

Je vous invite également à lire cet autre écrivain spinoziste, John Cowper Powis, chez qui dans L’art de vieillir notamment on éprouve en de nombreuses pages « la vie en tant que puissance infinie de s’affirmer ».

« La Nature n’est pas seulement le paysage que nous contemplons depuis nos fenêtres si nous habitons la «campagne», pas plus qu’elle ne se limite au ciel, à l’air et aux parcelles de verdure que nous entrevoyons si nous habitons la ville. La Nature est le volume total de l’Espace autour de nous à jamais soudé au Mystère du Temps.

Il nous faut aussi entendre que la Nature comprend tous les produits artificiels sortis des mains de l’homme, chacun étant, en fin de compte, part de la chimie de la matière que l’énergie effrénée et effrayante de notre race a transformée en murs, maisons, pavés, toits, cheminées, usines ou entrepôts avec toute leur machinerie.

Même blottie contre la poitrine du plus aimant des époux, de la plus tendre des épouses ou du plus affectueux des enfants, même au sein du groupe le plus grégaire de camarades de travail, même parmi les plus généreux des voisins et les plus nobles des compagnons, notre âme est absolument seule.(…)

Alors, dans sa solitude absolue, que peut-elle étreindre, de quoi peut-elle jouir, en quoi peut-elle sans cesse s’abandonner ? Dans quoi peut-elle plonger à tout instant et se sentir en paix et satisfaite, tandis que son attention s’évade de son travail, de son jeu, de ses affaires ou de son journal ?

Spinoza a affronté cette question avec certaine hardiesse, mais il recherchait la satisfaction de l’émotion amoureuse plutôt que le désir. Il nous a renvoyés à une Puissance insondable, éternelle, immuable et parfaitement insensible qui, même si elle est au-delà de cet univers et même si ses modes et attributs forment un « ensemble » totalement au-delà de nos cordes, est à ce point identique à cet univers que nous, créatures d’une heure, en sommes également parties et parcelles et procédons de sa vie immortelle.

C’est pour trouver un immuable et éternel « objet d’amour » que l’âme de ce Juif éminent entreprit sa formidable quête. J’avoue qu’il semble y avoir une ironie plutôt sombre dans le fait qu’une fois le résultat ramené à l’essentiel, nous nous trouvons obligés de faire face à des négations aussi cinglantes que : « Celui qui aime Dieu ne s’attend pas à ce que Dieu l’aime en retour », ou : « Notre amour pour Dieu n’est qu’une partie de l’amour infini dont Dieu s’aime lui-même ».

Pour l’esprit mathématique, ce Dieu universel de Spinoza est sans nul doute un objet d’ «amour » plus rationnel que le Jéhovah de la Bible, reste à savoir s’il est plus proche de la réalité que le démiurge anthropomorphe de notre présente Dimension … »
(Bibliothèques 10/18 pp 80, 81)

Espoir et crainte se mêlent dans ce passage que l’on ne serait pas étonné de voir figurer par exemple en avant-propos des « Leçons sur Spinoza » de Ferdinand Alquier.

Pour conclure, je suggère un petit détour par la littérature japonaise d’inspiration haikiste. Je ne doute pas qu’ici les choses ne soient à prendre avec un peu plus de « distance philosophique » et je ne me risquerais pas à une comparaison en bonne et due forme de la doctrine de Spinoza avec le bouddhisme. Cependant, le dévoilement fugitif des choses que donnent à voir les haikus, la solidarité immédiate des parties et du tout qu’ils suggèrent, ne sont pas me semble-t-il sans rappeler par exemple la teneur de EIIP45 « Toute idée d’un corps quelconque, ou d’une chose singulière existant en acte, enveloppe nécessairement l’essence éternelle et infinie de Dieu ». Le poète ne pourrait-il par sa sensibilité aux éléments retrouver ce que le philosophe a élaboré par la seule force de son esprit ?

« Sur la pointe d’une herbe
devant l’infini du ciel
une fourmi » - Hôsai

« Le monde
est devenu
un cerisier en fleurs » - Ryôkan

« De la narine du grand Bouddha
jaillit
une hirondelle » - Issa

(Tirés de Anthologie du poème court japonais — NRF Poésie Gallimard)

H20

"

 
 Liens connexes
· Plus d'informations à propos de Ethique et sotériologie
· Article transmis par admin


L'article le plus lu à propos de Ethique et sotériologie:
Du Bien et du Mal chez Spinoza

 Evaluer l'Article
Moyenne des scores: 4.23
Votes: 13


Prenez une seconde et évaluez cet article :

Excellent
Très bien
Bien
Normal
Mauvais

 Options

 Format imprimable Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e) Envoyer cet article à un(e) ami(e)

Sujets associés

AnthropologieEthique et sotériologie





Accueil | Lire et comprendre | Définitions | Oeuvres | Citations | Réfléchir | Téléchargements | Liens
Votre compte | Proposer article | Messages privés | Forum | Rechercher | Quizz | Recommander | Contact

Contenu disponible sous Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 2.0 France, source à citer : www.spinozaetnous.org

Ce site a été réalisé avec la version française de PHP-Nuke, de F.Burzi, sous licence GPL.
http://www.spinozaetnous.org/backend.php

Page générée en: 0.47 Secondes