Spinozaetnous.org
 Sommaire
 Accueil
 Lire et comprendre
 Présentations
 Définitions
 Oeuvres
 Extraits
 Citations
 Les autres
 Bibliographie
 Wiki
 Réfléchir
 Être
 Connaître
 Être humain
 Bien vivre
 Vivre ensemble
 Actualités
 Discussions
 Forums
 Messages Privés
 Ressources
 Téléchargements
 Liens
 Recherche
· Fil d'info
 Interactions
 Proposer un article
 Journal
 Quizz
 Nous recommander
 Contact
 Infos
 Votre compte
 Statistiques
 Citation de Spinoza
Tout ce qui est, est ou bien en soi, ou bien en autre chose.
"Ethique I, Axiome I.
 Derniers documents
· Nécessité et liberté 
· Bien, mal, éthique 
· Désir, joie et amour, tristesse, béatitude 
· Entendement humain, genres de connaissance, ... 
· Essence, de Dieu, de mode, de genre (?) Abrégé 
· Propriétés 
· Universaux, idées générales, êtres de Raison, ... 
· Régression à l'infini : E1P28 et autres 
· Spinoza - par Alain 
· Plus de documents...
 Chercher dans les oeuvres

 Qui est en ligne ?
Il y a pour le moment 145 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.
Spinoza et Nous - Philosophie de l'affirmation: Documents

[ En préparation | Top 10 | Documents ]

 Plus d'infos
Traité théologico-politique (Traduction Saisset)
24650 lectures | Postez un commentaire | Pas de commentaire associé à ce document.

Sommaire

TRAITÉ THÉOLOGICO-POLITIQUE


CONTENANT
PLUSIEURS DISSERTATIONS
où l'on fait voir
QUE LA LIBERTÉ DE PHILOSOPHER

NON SEULEMENT EST COMPATIBLE AVEC LE MAINTIEN DE LA PIÉTÉ
ET LA PAIX DE L'ÉTAT
MAIS MÊME QU'ON NE PEUT LA DÉTRUIRE
SANS DÉTRUIRE EN MÊME TEMPS ET LA PAIX DE L'ÉTAT
ET LA PIÉTÉ ELLE-MÊME

_____________

"Nous connaissons par là que nous demeurons en Dieu et que Dieu demeure en nous, parce qu'il nous a fait participer de son esprit."

(JEAN, Épitre I, ch. iv, v. 13)

 

Préface

Chapitre I : De la prophétie.

Chapitre II : Des prophètes.

Chapitre III : De la vocation des Hébreux, et si le don de prophétie leur a été propre.

Chapitre IV : De la loi divine.

Chapitre V : Du véritable objet de l'institution des cérémonies religieuses. - De la croyance aux récits historiques ; sous quel rapport elle est nécessaire et à quelle sorte de personnes.

Chapitre VI : Des miracles.

Chapitre VII : De l'interprétation de l'Ecriture.

Chapitre VIII : On fait voir que le pentateuque et les livres de Josué, des Juges, de Samuel et des Rois ne sont point authentiques. - On examine s'ils sont l'ouvrage de plusieurs ou d'un seul, et quel est cet unique écrivain.

Chapitre IX : On fait quelques autres recherches touchant les mêmes livres, pour savoir notamment si Hezras y a mis la dernière main, et si les notes marginales qu'on trouve sur les manuscrits hébreux étaient des leçons différentes.

Chapitre X : On examine les autres livres de l'ancien testament comme on a fait précédemment les douze premiers.

Chapitre XI : On recherche si les apôtres ont écrit leurs épîtres à titre d'apôtres et de prophètes, ou à titre de docteurs. - On cherche ensuite quelle a été la fonction des apôtres.

Chapitre XII : Du véritable original de la loi divine, et pour quelle raison l'Ecriture est appelée Sainte et Parole de Dieu. - On prouve ensuite qu'en tant qu'elle contient la Parole de Dieu, elle est parvenue sans corruption jusqu'à nous.

Chapitre XIII : On montre que l'Ecriture n'enseigne que de choses fort simples, qu'elle n'exige que l'obéissance, et qu'elle n'enseigne sur la nature divine que ce que les hommes peuvent imiter en réglant leur vie suivant une certaine foi.

Chapitre XIV : On explique la nature de la foi, ce que c'est qu'être fidèle et quel sont les fondements de la foi ; puis on sépare la foi de la philosophie.

Chapitre XV : Que la théologie n'est point la servante de la raison, ni la raison celle de la théologie. - Pourquoi nous sommes persuadé de l'autorité de la Sainte Ecriture.

Chapitre XVI : Du fondement de l'Etat ; du droit naturel et civil de chacun, et du droit du souverain.

Chapitre XVII : Qu'il n'est point nécessaire, ni même possible, que personne cède abolument tous ses droit au souverain. - De la République des Hébreux ; ce qu'elle fut du vivant de Moïse ; ce qu'elle fut après sa mort, avant l'élection des roi ; de son excellence ; enfin des causes qui ont pu amener la ruine de cette République divine, et la livrer durant son existence à de perpétuelles séditions.

Chapitre XVIII : Quelques principes politiques déduit de l'examen de la République des Hébreux et de leur histoire.

Chapitre XIX : On établit que le droit de régler les choses sacrées appartient au souverain, et que le culte extérieur de la religion, pour être vraiment conforme à la volonté de Dieu, doit s'accorder avec la paix de l'Etat.

Chapitre XX : On établit que dans un Etat libre chacun a le droit de penser ce qu'il veut et de dire ce qu'il pense.

Notes Marginales de Spinoza

 

Texte de Spinoza traduit par E. Saisset, Ed. 1842
numérisé par Serge Schoeffert et David Bosman
revu par H. Diaz

 







Accueil | Lire et comprendre | Définitions | Oeuvres | Citations | Réfléchir | Téléchargements | Liens
Votre compte | Proposer article | Messages privés | Forum | Rechercher | Quizz | Recommander | Contact

Contenu disponible sous Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 2.0 France, source à citer : www.spinozaetnous.org

Ce site a été réalisé avec la version française de PHP-Nuke, de F.Burzi, sous licence GPL.
http://www.spinozaetnous.org/backend.php

Page générée en: 0.13 Secondes