Spinozaetnous.org
 Sommaire
 Accueil
 Lire et comprendre
 Présentations
 Définitions
 Oeuvres
 Extraits
 Citations
 Les autres
 Bibliographie
 Wiki
 Réfléchir
 Être
 Connaître
 Être humain
 Bien vivre
 Vivre ensemble
 Actualités
 Discussions
 Forums
 Messages Privés
 Ressources
 Téléchargements
 Liens
 Recherche
· Fil d'info
 Interactions
 Proposer un article
 Journal
 Quizz
 Nous recommander
 Contact
 Infos
 Votre compte
 Statistiques
 Citation de Spinoza
La position des individus qui gouvernent un Etat, ou sont à sa tête : quelque crime qu'ils commettent, ils s'efforcent toujours de le voiler d'un prétendu droit et de persuader au peuple que leur conduite est louable.

Traité théologico-politique chap. XVII.
 Derniers documents
· Nécessité et liberté 
· Bien, mal, éthique 
· Désir, joie et amour, tristesse, béatitude 
· Entendement humain, genres de connaissance, ... 
· Essence, de Dieu, de mode, de genre (?) Abrégé 
· Propriétés 
· Universaux, idées générales, êtres de Raison, ... 
· Régression à l'infini : E1P28 et autres 
· Spinoza - par Alain 
· Plus de documents...
 Chercher dans les oeuvres

 Qui est en ligne ?
Il y a pour le moment 158 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.

Re: Le désir selon Spinoza et R.Girard (Score : 1)
par infernus le 31/03/2007
(Profil Utilisateur | Envoyer un message)
Spinoza aujourd’hui ne serait pas Spinoza.
Le consumérisme occidental moderne, impliquant parallèlement un mimétisme massifiant et un éclatement des monades tendant à l’affirmation béate de la singularité de soi -soit un empire de la multitude sans aucune autre force régulatrice ou garantie de cohésion du corps social que la reconnaissance du droit absolu de la liberté individuelle, n’a pu émerger qu’à mesure que croissait la vacuité de l’esprit d’un nouveau temps. L’extinction des représentations religieuses, longtemps nécessaires à l’édifice d’un projet commun de vie sociale et ainsi au sentiment subjectif d’appartenance à une communauté, puis celle de l’espérance des Lumières en la puissance d’une raison donatrice du sens de l’être, ne peuvent avoir d’autre issue que ce vide infernal, qui sans cesse ne se remplit que de lui même : vains biens matériels censés combler l’effroyable néant d’une existence sans raison suffisante d’être. Le plein emploi, la croissance économique, le pouvoir d’achat : tel devient expressément, pour le sommet comme pour la base, le seul et unique telos de toute vie sociale. Comment dès lors concevoir une place pour le connaître, l’effectivité d’un savoir philosophique, au sein de cette mécanique infernale ? Comment espérer que certaines professions physiquement harassantes et psychiquement dépersonnalisantes, nécessaires à l’effectivité de la totalité dans laquelle elles sont prises, puissent laisser le temps et la force requis au long et lent travail du concept et de la pensée ?

Non, il semblerait bien qu’il faille se résigner : la nature, c’est-à-dire Dieu, ne semble pas, dans ses dernières déterminations, requérir le troisième genre de connaissance pour tous.


| Parent




Accueil | Lire et comprendre | Définitions | Oeuvres | Citations | Réfléchir | Téléchargements | Liens
Votre compte | Proposer article | Messages privés | Forum | Rechercher | Quizz | Recommander | Contact

Contenu disponible sous Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 2.0 France, source à citer : www.spinozaetnous.org

Ce site a été réalisé avec la version française de PHP-Nuke, de F.Burzi, sous licence GPL.
http://www.spinozaetnous.org/backend.php

Page générée en: 0.07 Secondes